À 28 ans, il fait craquer son cou et se provoque un AVC

Alors que son cou était douloureux depuis quelques jours, un Américain de l’Oklahoma s’est étiré un peu trop fort et a entendu un craquement ; il venait de déchirer une artère vertébrale et se provoquer un AVC.

Pour soulager ces douleurs au cou, le père de famille avait l’habitude de s’étirer en faisant craquer ses cervicales. Mais le 14 mars dernier, ce geste à première vue anodin lui a provoqué un engourdissement de toute la partie gauche du corps. Cherchant à ouvrir son congélateur pour appliquer un pain de glace sur sa nuque, le jeune père de famille s’est ensuite rendu compte qu’il ne parvenait plus à marcher.
« Dès que j’ai entendu le bruit du craquement, tout a commencé à s’engourdir sur le côté gauche de mon corps », explique Josh Hader à la chaîne de télévision américaine locale KOCO-TV.

Une heure plus tard, l’Américain de 28 ans se retrouvait aux urgences du Mercy Hospital d’Oklahoma City (Oklahoma), incapable de marcher et souffrant de ce que les médecins ont appelé un « grave accident vasculaire cérébral ». Un AVC causé par une déchirure d’une artère du cou, consécutive au « crac » entendu. Celle-ci a provoqué un caillot sanguin, qui a mené à un AVC.

Une lésion d’une artère vertébrale

Le cou possède deux artères vertébrales, de 3 à 4 mm d’épaisseur. L’une est à gauche, l’autre à droite. Elles ont pour rôle d’apporter du sang oxygéné vers la tête et le cerveau.

Un accident vasculaire cérébral « est une perte soudaine de la fonction du cerveau. Il est provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine à l’intérieur du cerveau », explique le site de l’Assurance santé Ameli.

image: Wikipedia – Vue de la nuque

Cette blessure a entraîné la formation d’un caillot de sang dans le cerveau, bloquant la circulation sanguine dans une partie de celui-ci. Un AVC qui « aurait pu être fatal » indique le médecin.

Josh Hader s’est vu administrer en urgence des anticoagulants, et a passé plusieurs jours en soins intensifs, avant d’aller dans un centre de rééducation.

Un cas similaire à Londres

Récemment, Natalie Kunicki, une ambulancière de 23 ans travaillant pour le service ambulancier de Londres, s’est retrouvée avec un AVC après s’être étiré et fait craquer le cou en regardant un film dans son lit. Après s’être étirée, Natalie s’est sentie bizarre, mais elle a pensé que cela devait simplement être dû à son état d’ébriété, car elle venait de sortir boire.

« Je me suis levée et j’ai essayé de marcher vers les toilettes, mais je vacillais. J’ai regardé en bas et j’ai réalisé que je ne pouvais pas du tout bouger ma jambe gauche. Puis je suis tombée par terre », a-t-elle raconté, via Daily Mail.

Les ambulanciers ont emmené la jeune femme au University College London Hospital, où les médecins ont confirmé qu’elle avait eu un accident vasculaire cérébral. La jeune femme s’était rompu une artère dans le cou qui avait causé un caillot de sang dans son cerveau.

Plus courants chez les personnes âgées de 20 à 30 ans

Ces AVC causés par un craquement de cou restent cependant assez rares. D’après un neurologue spécialisé dans les accidents vasculaires cérébraux interviewé par le Washington Post, « 99,9% du temps, faire craquer son cou n’aura aucune répercussion ». Les incidents seraient cependant plus courants chez les personnes âgées de 20 à 30 ans, sans que le corps médical ne sache encore réellement pourquoi.

Répondre