Affaire Dupont de Ligonnès : dix ans de mystère, pourquoi les enquêteurs gardent espoir

Soupçonné d’avoir tué sa femme et ses quatre enfants à Nantes en avril 2011, Xavier Dupont de Ligonnès, est introuvable depuis dix ans. Dieppe, Fréjus, Glasgow : des milliers de signalements ont été faits, mais tous se sont soldés par des échecs.

publicités

Xavier Dupont de Ligonnès est-il mort ou vivant ? Dix ans après la découverte des corps de sa femme et de ses quatre enfants enterrés sous la terrasse de leur maison, le mystère reste entier autour de la « tuerie de Nantes », considérée comme l’une des grandes énigmes criminelles de ces dernières années.

Agnès Dupont de Ligonnès et ses quatre enfants sont retrouvés morts, ensevelis sous la terrasse de leur maison. Le mari et père de famille, lui, manque à l’appel. Il est aperçu pour la dernière fois le 15 avril 2011 à Roquebrune-sur-Argens (Var). Est-il forcément l’auteur des faits ? Est-il en fuite ou s’est-il suicidé ? Le point sur dix ans d’enquête et de pistes déçues.

publicités

Un mandat d’arrêt international a été émis. Et depuis, des milliers de signalements ont afflué sur le bureau des enquêteurs nantais, de l’Essonne à Glasgow, en passant par l’Italie et Dieppe. Sans aucun résultat à ce jour. France Bleu revient sur certaines de ces fausses pistes.

Des centaines de signalements à l’étranger

Plus de 150 signalements ont déjà été vérifiés à l’étranger, de la Thaïlande à l’Afrique du Sud en passant par Chicago, sans oublier le couac des Écossais en octobre 2019, avec l’arrestation d’un faux suspect.

publicités

En France, on ne compte même plus les signalements depuis dix ans, qui à chaque fois, se sont avérés être des fausses pistes. A quelques reprises toutefois, moins d’une dizaine, il y a eu un doute sérieux, au point que les policiers ont dû comparer les empreintes digitales. Mais au final, ce n’était pas Xavier Dupont de Ligonnès.

une mystérieuse lettre à l’AFP

Durant l’été 2015, le bureau de l’Agence France Presse à Nantes reçoit une mystérieuse lettre. A l’intérieur, une photo de deux enfants Dupont de Ligonnès : l’aîné, Arthur, 20 ans au moment de sa mort, et Benoît, 13 ans, le benjamin. Au dos de cette photo encore jamais parue dans la presse, une phrase : « Je suis encore vivant », suivie d’une signature, « Xavier Dupont de Ligonnès« . Le courrier est daté du 11 juillet 2015 « à Nantes« .

Une expertise graphologique est demandée, des traces d’empreintes digitales sont recherchées. La police judiciaire estime ensuite qu’il y a « très peu de probabilités » que le courrier ait été écrit par le fugitif.

L’hypothèse d’un suicide reste probable

Xavier Dupont de Ligonnès est-il mort ? C’est la question que tous se posent depuis dix ans. Tout le monde a une théorie, y compris les policiers. Ils ne le diront jamais officiellement, mais ceux avec qui Europe 1 a échangé, hors micro, sont convaincus qu’il est mort, qu’il se serait suicidé au bout de sa fuite. Pour les enquêteurs, c’est l’hypothèse la plus probable, la plus rationnelle.

Mais cela ne les empêche pas de tout vérifier sans a priori. Reste que depuis dix ans, pas un seul indice ne laisse supposer un contact, un mouvement, une trace de vie. Dans l’arrière-pays varois où il a disparu, le moindre ossement suspect est systématiquement analysé.

« Les enquêteurs ont toujours l’espoir de mettre le mot fin à cette histoire »

Le fonctionnaire qui était de permanence le 11 octobre 2019 au service d’information et de communication de la Police n’oubliera pas de sitôt cette soirée-là. Un homme avait été interpellé par les autorités britanniques, à Glasgow, après avoir fait l’objet d’une dénonciation. Les premières informations communiquées à Paris -et relayées depuis la capitale- laissaient entendre que les empreintes ​de ce Français correspondaient à celles de l’un des hommes les plus recherchés de France depuis des années, dans le cadre d’un quintuple assassinat : Xavier Dupont de Ligonnès.

Terrible méprise. Guy Joao, paisible retraité, n’avait rien à voir avec lui. Mais pendant quelques heures, l’emballement médiatique et la vitesse à laquelle l’information avait animé les conversations dans nombre de foyers français avaient rappelé, s’il en était besoin, l’intérêt que suscite toujours cette affaire, des années après.

En résumé, les policiers ne perdent pas l’espoir de retrouver un jour Xavier Dupont de Ligonnès, mais ils le reconnaissent tous amèrement : dix ans après, ils n’ont rien. Aucune piste concrète pour résoudre le mystère.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre