Après une erreur de la morgue de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, une mère enterre le bébé d’une autre famille

Une famille a été prévenue que le corps de son bébé enterré n’était pas le sien. L’AP-HP a reconnu l’erreur et renouvelle « ses plus sincères excuses aux familles endeuillées ».

publicités

Une mère de famille a appris mardi 23 février que l’enfant qu’elle avait enterré le 19 février n’était en réalité pas le sien. Le corps du bébé, mort-né, avait été confondu avec un autre à la morgue de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne).

La direction de l’établissement a présenté ses excuses et s’engage à accompagner les deux familles endeuillées dans leurs démarches.

publicités

« Une erreur humaine. » L’hôpital du Kremlin-Bicêtre a reconnu avoir inversé les corps d’un enfant et d’un bébé décédés, révèle Le Parisien. Une mère n’a donc pas enterré ce qu’elle pensait être sa fille, la plongeant dans le drame.

La femme de 33 ans avait accouché le 2 février d’un enfant mort-né. Quelques jours plus tôt, enceinte de six mois, elle avait appris que la grossesse n’irait pas à son terme. Des obsèques se sont tenues le 19 février. Problème : un agent mortuaire de l’hôpital n’avait pas réalisé la double vérification du bracelet d’identité, et s’est trompé de corps, racontent nos confrères.

publicités

« L’AP-HP reconnaît l’inversion des corps de deux enfants, dont un mort-né, à la chambre mortuaire de l’hôpital Bicêtre, explique au quotidien l’institution. Cet événement exceptionnel est dû à une erreur humaine le jour des obsèques du premier enfant. Les procédures d’identito-vigilance prévoient en effet une double vérification du bracelet d’identité du corps, qui n’a pas été réalisée. »

« Sincères excuses aux familles endeuillées »

Selon Le Parisien, l’agent de la chambre mortuaire s’est rendu compte de la terrible erreur « au moment de la préparation du corps pour les obsèques du deuxième enfant quelques jours plus tard », ajoute l’AP-HP.

Celle-ci renouvelle « ses plus sincères excuses aux familles endeuillées ». La direction de l’hôpital a rencontré les deux familles concernées et leur a proposé de « les accompagner dans leurs démarches d’organisation des nouvelles obsèques et d’exhumation afin de rendre le corps inhumé à tort à sa famille, indique le quotidien qui précise que les deux familles ont été informées que l’hôpital prendrait en charge l’ensemble des frais ».

Ils ont également indiqué « prendre les mesures nécessaires à la chambre mortuaire pour éviter qu’un incident d’une telle gravité ne se reproduise ». Pour en savoir plus : lire l’article du Parisien.

Franbuzz sur Facebook

Répondre