«Ça fait chaud au cœur»: à Paris, un coiffeur emmène son salon de coiffure dans la rue pour offrir des coupes gratuites aux sans-abri

Sidi Bensoula est coiffeur, il a 36 ans, possède un salon à Luzarch dans le Val d’Oise, est papa d’une petite fille de 2 ans et a un coeur tourné vers les autres.
Sidi Bensoula, qui tient le salon de coiffure Les Exp’hairs , à Luzarches (Val-d’Oise), vient bénévolement couper les cheveux de personnes sans-abri dans Paris, une fois par mois. « L’initiative vient d’un coiffeur des environs de Marseille, Kevin Ortega. C’est lui qui a lancé Coiff in the streets », explique-t-il.

Assis devant un fast-food de la Porte de Clignancourt, à Paris (XVIIIe), l’homme attend le passant qui voudra bien mettre quelques sous dans son gobelet. « Vous avez besoin d’une petite pièce ? », lui demande Sidi Bensoula. Le temps que l’homme réponde, il lui tend un peu d’argent. « Je vous propose un petit café et une coupe de cheveux, ça vous dit ? », ajoute-t-il. « Oh oui c’est gentil », répète l’homme plusieurs fois, passé un moment d’incompréhension.

publicités

Voir des gens dormir à la rue : « impensable en 2019 » !

Sidi Bensoula nous explique qu’il n’a jamais supporté de voir des personnes dormir dans la rue, « impensable en 2019 » dit-il. Il s’est toujours dit qu’il ferait quelque chose pour eux. Ses ciseaux et son savoir-faire en poche, il a décidé d’aller dans la rue à la rencontre des plus démunis. Depuis novembre Sidi Bensoula suit le mouvement « Coiff in the Street » lancé il y a deux ans à Marseille par Kevin Ortega.

Une ou deux fois par mois, généralement le dimanche, quand son salon est fermé, il parcourt les rues de Paris, avec son matériel de coiffure. Généralement, il offre un café avant de commencer sa coupe pour faire connaissance. Quand il va le chercher dans la brasserie la plus proche et qu’il explique sa démarche, le plus souvent on le lui offre. La générositéest contagieuse.

publicités

« Coiff in the Street », redonner le sourire aux personnes sans-abri

« Lors de ma dernière maraude, j’ai coiffé un homme qui m’a avoué ne pas avoir eu de coupe depuis un an » nous dit-il. Il est touché par le destin terrible des hommes et des femmes qu’ils croisent lors de ses maraudes, il nous confie avoir été touché par le parcours d’un homme qui lui a expliqué sa descente aux enfers : sa femme l’a quitté, il a perdu son emploi et rapidement tout a basculé. Sa plus grande récompense ? Le sourire des têtes qu’il a coiffées.

L’objectif est que le mouvement « Coiff in the Street » se répande partout en France, le groupe sur Facebook est très actif pour échanger des conseils et parfois se rencontrer entre coiffeurs solidaires pour suivre un coiffeur déjà aguerri à ce type de maraudes.

publicités

Franbuzz sur Facebook

Répondre