Ce célibataire de 35 ans est un vrai super-papa: il a adopté 5 enfants porteurs de handicap et les élève seul

De nombreux enfants, partout dans le monde, se retrouvent orphelins et attendent de trouver une nouvelle famille. En France, environ 5 000 enfants sont adoptés chaque année en France, dont 75 % viennent de l’étranger comme l’indique parents.fr.

publicités

Ben Carpenter, un Anglais de 35 ans originaire du Yorkshire, est l’un d’entre eux. Qu’a-t-il fait de si spécial ? C’est simple, c’est un vrai « super papa » pour les enfants handicapés. On ne pourrait pas décrire différemment un homme célibataire qui a décidé d’adopter pas moins de cinq enfants adoptés !

Ben souhaitait adopter son premier enfant dès 21 ans

Le Britannique a un jour eu le déclic : il voulait être père. Qu’importe si il n’avait pas trouvé de partenaire pour réaliser ce rêve. Ben était bien décidé à adopter, même en étant célibataire. Dès l’âge de 21 ans, Ben Carpenter a songé à adopter un premier enfant. Quatorze ans plus tard, ses enfants sont devenus cinq : Jack, Ruby, Lily, Joseph et Noah, âgés respectivement de 11, 8, 6, 3 et 1 ans.

publicités
Source : Twitter @benjamincarp

« Même à l’âge de 21 ans, je savais que je voulais être père le plus tôt possible – j’étais peut-être encore très jeune, oui, mais j’avais déjà une certaine maturité et j’avais la tête bien sur les épaules », a déclaré M. Carpenter au Mirror« J’étais convaincu, du fait que j’étais célibataire, qu’ils ne me prendraient pas au sérieux, mais j’étais aux anges quand ils l’ont fait. »

M. Carpenter a ajouté qu’il « n’y changerait rien pour tout l’or du monde ».

publicités
Ben obtient sa carte de fête des pères de ses enfants. (Caters News)

 

Des enfants adoptés qui souffrent d’autisme et de syndromes particuliers

Chacun a besoin d’attentions et de soins particuliers, compte tenu de son handicap. Ben le sait bien, et il s’appuie également sur son expérience de travail dans un établissement qui accueille et aide les enfants et les adultes ayant des conditions similaires à celles de ses enfants.

De l’autisme à des syndromes particuliers, il n’est pas facile de s’occuper d’eux, mais cet homme aborde sa merveilleuse paternité avec courage et détermination, jour après jour, sans jamais baisser les bras.

Lorsqu’il a adopté ses enfants, Ben pensait que les services d’accueil le rejetteraient parce qu’il n’était pas marié, mais cela n’a pas été le cas et l’homme a réussi à accueillir Noah, son cinquième enfant porteur d’un handicap, atteint du syndrome de Cornelia de Lange, une maladie génétique malformative rare.

« Je trouvais tout à fait normal que j’adopte un enfant handicapé, car je savais que je serais capable de m’en occuper correctement », a-t-il raconté. « J’ai d’abord vu une annonce des services sociaux locaux d’adoption à la recherche de parents adoptifs ; de prime abord, étant célibataire, j’ai pensé qu’ils me refouleraient. Mais quand je leur ai dit qui j’étais et où je travaillais, ils ont vu cela d’une façon beaucoup plus positive et étaient même plutôt enthousiastes, dorénavant, à l’idée que j’adopte un enfant. »

En 2019, M. Carpenter a été nommé « adoptant extraordinaire » par les British Citizenship Awards.

Pourtant, malgré le nombre important de membres de la famille de l’heureux père, M. Carpenter se voit bien encore adopter d’autres enfants handicapés à l’avenir. « Si, à l’avenir, un enfant avait vraiment besoin de moi et de mon aide, je suis sûr que je finirais par l’adopter », a-t-il partagé.

De gauche à droite: Ruby, Joseph, Noah, Jack et Lily, avec papa Ben Carpenter. (Caters news)

« En toute honnêteté, cela me procure un sentiment agréable. » Tout d’abord, l’enfant n’est plus un enfant « pris en charge » – « il est officiellement le vôtre », a-t-il déclaré à l’Examiner Live. « Ils ne sont plus dans le système de prise en charge et ils ont votre nom de famille. Il fait partie de la cellule familiale. En tant que parent, c’est un sentiment merveilleux. Pour l’enfant – s’il en est conscient – c’est un sentiment de sécurité. »

C’est vraiment formidable de constater qu’il existe des gens bienveillants comme Ben. S’il y avait plus de gens comme lui, la terre serait un bien meilleur endroit !

Franbuzz sur Facebook

Répondre