Ce militaire reste au côté de son chien mourant jusqu’au dernier souffle de son ami (Une vie de dévouement)

Le soldat aviateur Kyle Smith et son chien dévoué, Bodza, tous deux membres de l’U.S. Air Force, ils ont passé 189 longues et rudes journées au Kirghizistan. A 11 ans, le Berger Allemand est sur son lit de mort. Son compagnon Kyle Smith ne le quitte pas et l’a assisté chaque minute.

Depuis 2006, Bodza travaillait avec l’armée de l’air américaine comme chien de détection d’explosifs. Il avait aidé à sauver des vies humaines. Notamment en reniflant des bombes dans des opérations en Irak, au Kirghizistan et au Koweït. Kyle Smith n’a pas commencé à travailler avec Bodza avant 2012. Mais les deux ont rapidement formé une amitié sincère et durable.
«J’ai aimé travailler avec lui parce qu’il m’a beaucoup appris. Comme de la patience en tant que jeune dresseur, et le fait de comment comprendre que ce travail ne vous concerne pas uniquement » , a déclaré Smith au site The Dodo.

publicités
image: facebook- Military Working Dogs

Smith et Bodza ont effectué de nombreuses missions ensemble, mais ils ont également passé de longs moments à jouer et profiter de leur temps libre. « Bodza était très joueur et très câlin », raconte Smith. « Nous avions des étables à côté de notre terrain d’entraînement, et lorsque les chevaux étaient dehors, Bodza laissait tomber l’entraînement et se mettait à courir avec les chevaux sans s’arrêter. Il s’amusait à aboyer après son ombre, alors je le taquinais et je faisais une ombre avec ma main que je bougeais partout pour qu’il l’attrape. Je crois qu’il pensait que c’était un lapin », se rappelle Smith.

image: facebook- Military Working Dogs

Lorsque l’heure était venue pour Bodza de prendre sa retraiteSmith n’a pas hésité une seconde à l’adopter et à le ramener chez lui : « Il faisait preuve d’encore plus de loyauté à la maison, ile me suivait partout et s’allongeait tous les soirs à proximité de mon lit en attendant que je m’endorme », dit-il.

publicités
image: facebook- Military Working Dogs

Durant l’été 2016, Smith a appris que Bodza était atteint de myélopathie dégénérative, une maladie incurable qui affecte la moelle épinière des chiens.
« Ses membres postérieurs n’étaient plus fonctionnels et il peinait à tenir debout et à marcher », confie Smith. « Il ne supportait pas la douleur et faire ses besoins devenait une tâche pénible. »

image: facebook- Military Working Dogs

Conscient de la souffrance qui accablait son chien, Smith a pris une décision que tout maître de chien peine à prendre : l’euthanasie.
Le jour J, Smith et 9 de ses coéquipiers ont emmené Bodza à la clinique vétérinaire de Fort Bliss à El Paso, dans l’Etat du Texas. Ils ont posé un drap blanc par terre et se sont assurés que Bodza était bien confortable.

publicités
image: facebook- Military Working Dogs

« J’avais Bodza dans mes bras lorsqu’il est décédé », raconte Smith. « C’était vraiment bouleversant ». Kyle a tenté de masquer ses émotions à ses collègues et supérieurs militaires.

Lorsqu’ils ont appris la nouvelle, ils ont tenu à le soutenir. Une fois sur les lieux, l’un de ses supérieurs a alors fait une demande étonnante : « Où est votre drapeau américain, vous devriez en avoir un ! Apportez-le-moi tout de suite ». Ils ont alors drapé le corps du chien pour lui offrir un hommage digne de ce nom et d’un vrai héros de guerre.

Kyle Smith a alors logiquement craqué : « Je n’ai jamais autant pleuré de toute ma vie. Je le serrais contre moi en frottant et embrassant sa tête tout en répétant sans cesse « Tu vas me manquer » »

image: facebook- Military Working Dogs

« Ils m’ont laissé pleurer, raconte Smith. Ils m’ont tapoté le dos en me faisant savoir que les choses allaient s’arranger. »

« C’était incroyable, j’avais la migraine et la paix en même temps » confie Smith. Malgré la tristesse que ressentait SmithBodza avait l’air d’être en paix dans ses derniers moments. « Il arborait un sourire lorsqu’on l’a endormi… »

image: facebook- Military Working Dogs

Smith a fait incinérer Bodza et a gardé ses cendres à la maison en plus de ses photos. Il a également gardé son collier sur le rétroviseur de sa voiture.

« Je n’oublierai jamais sa loyauté. Il était extrêmement généreux, bien plus que n’importe quel être humain. Il accomplissait de grandes choses sans rien attendre en retour et il le faisait avec le sourire » assure Smith.

Franbuzz sur Facebook

Répondre