Ce street-artiste raccommode les nids de poules avec couleurs, poésie et humour (12 PHOTOS)

Pour réparer les trottoirs amochés, ce street-artist fait preuve d’imagination. Résultat : le carrelage sort de la salle de bain et envahit l’espace urbain.

publicités

Avec Ememem, le  street art prend une nouvelle dimension, il envahit désormais les trottoirs des villes en recouvre les plaies urbaines avec des œuvres plus ou moins visibles. L’artiste a surtout « réparé » les rues de Lyon, mais il a aussi habillé  celles de Paris, Turin ou Milan.

emememimage:  ©Ememem Flacking

« Né sur un trottoir accidenté en 2016, Ememem est un de ces fils de bitume qui ont le désordre dans le sang », peut-on lire sur le site internet du street-artiste français. Ses œuvres colorées ont d’abord fait sa renommée à Lyon avant de s’exporter en Europe, « au gré de ses semelles usées. » Une idée qui lui est venue après avoir découvert une flaque devant son atelier. Pour la réparer, l’artiste explique avoir « laissé parler » ses mains, un procédé qu’il a finalement baptisé « flacking ».

publicités
emememimage:  ©Ememem Flacking

Sur son blog, Happy Curio, Fabien Dhondt  recense la soixantaine de plaques visibles à Lyon et a imaginé un parcours à travers la ville, pour n’en manquer aucune. Certaines sont si discrètes qu’elles se fondent complètement dans le paysage. On peut les traquer à travers la ville, en se promenant l’œil rivé sur ses pieds… tout en veillant à ne pas foncer n’importe où.

emememimage:  ©Ememem Flacking

Le blogueur explique les raisons pour lesquelles il apprécie le travail d’Ememem : « Dans chaque rue, il essaie de donner une identité avec des couleurs différentes, des carreaux différents ». Les œuvres sont toutes pensées différemment pour s’adapter à chaque situation : nid de poule, fissure etc… Elles ne se ressemblent pas et il est impossible de prévoir où se situera la prochaine.

publicités
emememimage:  ©Ememem Flacking

« J’essaye de récupérer tout ce que je peux. J’aime vraiment l’idée de pouvoir faire renaître les choses, les réinventer. On jette tellement tout tout le temps… Question matériel, je pense que n’importe quoi peut se prêter au flacking, avec la bonne technique. J’essaye plusieurs trucs, je privilégie la faïence pour l’instant car j’adore le décalage qu’elle apporte en sortant de l’espace privé de la salle de bain par exemple. Mais j’aime travailler avec tous les matériaux. »

emememimage:  ©Ememem Flacking
emememimage:  ©Ememem Flacking

Quelques une de ses fresques originales, drôles et poétiques, ont été rassemblées à la taverne Gutenberg, une résidence d’artiste lyonnaise. Pour autant, aucune chance de croiser l’artiste; celui qui panse les plaies urbaines opère de nuit et tient à rester anonyme. Le Banksy français a un porte-parole, Guillaume, qui  communique avec le public et porte son message, son intention.

emememimage:  ©Ememem Flacking
emememimage:  ©Ememem Flacking

Il reçoit les impressions des visiteurs, aussi variées que le sont les flaques : certains remarquent la poésie, quand d’autres apprécient la beauté  au coin de leur rue, « plutôt que d’avoir un trou, on a quelque chose de joli qui apparaît ».

emememimage:  ©Ememem Flacking
emememimage:  ©Ememem Flacking
emememimage:  ©Ememem Flacking
emememimage:  ©Ememem Flacking

Franbuzz sur Facebook

Répondre