Cette femme devenue chef a libéré 850 jeunes filles de leurs mariages forcés pour leur permettre de retourner à l’école

Les héros ne portent pas toujours une cape de superhéros et n’obtiennent pas toujours l’attention qu’ils méritent. Theresa Kachindamoto est l’un de ces héros.

Le mariage précoce est un fléau. Il entrave la liberté des jeunes filles, abîme les corps, souille les âmes et freine le développement. Heureusement, il trouve sur son passage quelques ennemis farouchement déterminés. Theresa Kachindamoto est de ceux-là : à elle seule, cette femme a fait annuler 850 mariages précoces ! Explications.

Chef de la région de Dedza, située dans le centre du Malawi, Theresa Kachindamoto a décidé d’aller à l’encontre des traditions et des mœurs pour défendre les femmes de son pays. Depuis qu’elle est arrivée au pouvoir il y a trois ans, n’a pas peur d’utiliser son autorité pour aider les femmes et les filles de son district de près de 900 000 habitants. Elle a libéré des enfants de mariages forcés et aboli les rituels d’initiation sexuelle pour les fillettes de 7 ans. Pour le seul mois de juin 2015, elle a ainsi annulé 330 mariages !

publicités

Le Malawi, région d’Afrique connue entre autres parce que Madonna y a adopté deux enfants, est l’un des pays où les unions d’enfants sont les plus fréquentes. En moyenne, selon une étude menée par l’Unicef en 2012, une fille sur deux est mariée de force avant d’atteindre l’âge de 18 ans. De quoi afficher l’un des taux en la matière les plus forts de la planète. Pas franchement une fierté pour cet état du sud de l’Afrique, coincé entre la Zambie et le Mozambique. Sans parler des camps par lesquels doivent passer les jeunes filles afin d’y être initiées sexuellement.

La femme ne s’attendait jamais à être élue. Elle vivait dans une ville différente, avait de nombreux frères et sœurs aînés et avait elle-même cinq enfants à sa charge. Mais sa réputation d’être ‘bonne avec les gens’ l’a conduite à son élection surprenante. Son peuple lui a dit qu’elle obtiendrait le poste ‘qu’elle le veuille ou non’, se souvient Theresa.

publicités
image:  massispost

Elle a donc ordonné à ses 50 sous-chefs (chacun étant responsable d’un canton, ndlr) de ratifier un texte de loi rendant illégal le mariage avant l’âge de 18 ans. Certains ont refusé, reléguant sa demande au rang de scandale. Mais il en faut plus pour décourager Kachindamoto. Car dans la foulée, elle a menacé les réfractaires de les suspendre de leur poste et leur a demandé d’annuler toutes les unions qu’ils ont célébrées entre-temps. Quelques mois plus tard, elle a même demandé au parlement d’augmenter l’âge limite des mariages à 21 ans.
Après de longs mois de négociations, des tentatives d’intimidation et de nombreuses menaces de mort de la part de parents et de membres éminents de la communauté, elle a réussi son pari. Au total, elle a fait annuler plus de 850 mariages !

Les enfants de retour à l’école

N’allez pas croire que Theresa Kachindamoto se satisfait de ses actions. Pour montrer qu’elle le pensait sincèrement, Theresa a limogé quatre dirigeants masculins dans des endroits où des mariages d’enfants avaient encore lieu. Ils ne pourraient pas revenir avant d’avoir respecté l’accord, annulé les mariages et envoyé les filles à l’école.
Son objectif est donc de re-scolariser qui ont été éloignés de l’école. Car elle en est persuadée : « s’ils sont éduqués, ils pourront avoir tout ce qu’ils veulent ».

publicités
image: twitter

Même si elle avait reçu des menaces de mort, Theresa n’avait peur de rien. « Je m’en fiche, ça ne me dérange pas. Je l’ai dit, on peut en parler, mais ces filles retournent à l’école », a-t-elle déclaré.
Theresa veille également à trouver le moyen de payer l’école pour les filles dont les parents n’ont pas les moyens.
« Éduquez une fille et vous éduquez toute la région… vous éduquez le monde »a-t-elle expliqué.

Ci-dessous vous pouvez voir une interview de Theresa Kachindamoto. Si vous la trouvez si inspirante et impressionnante, n’oubliez pas de partager cet article afin que davantage de gens la connaissent !


Source de vidéo: Youtube-UN Women

Franbuzz sur Facebook

Répondre