Cinq perroquets ont dû être placés en isolement car ils insultaient les visiteurs

Il n’est pas banal de se balader dans un zoo et… de se faire insulter par cinq perroquets. Cinq perroquets ont dû être séparés car ils insultaient les visiteurs.

publicités

Arrivés récemment au Lincolnshire Wildlife Park, parc animalier de l’est de l’Angleterre cinq perroquets, Éric, Jade, Elsie, Tyson et Billy ont passé quelques semaines ensemble avant d’être libérés dans la volière principale. Les cinq oiseaux insultaient les visiteurs comme le rapporte le média américain CNN .

Une fois placés dans leur enclos, les oiseaux ont alors « commencé à froisser les oreilles (plus que leurs plumes) avec leur langage peu choisi » explique la BBC. Les cinq perroquets insultaient les visiteurs.

publicités

Les perroquets isolés

Au micro de CNN, Steve Nichols, le directeur du parc raconte : « En très peu de temps, ils se sont mis à s’insulter. C’est quelque chose qu’ils apprennent très facilement. »

Un peu gênant, surtout lorsqu’ils ont été positionnés dans la partie de la réserve ouverte au public. Le directeur du parc détaille : « Ils ont insulté tout le monde. Nous étions un peu inquiets pour les enfants. »

publicités

En moins de vingt minutes, les noms d’oiseaux dans la langue de Shakespeare ont fusé, au point que les membres du zoo ont dû les changer d’endroit. Les animaux ont depuis été séparés et le personnel espère qu’avec cet éloignement, leur comportement changera et qu’ils arrêteront les insultes.

« C’était devenu dingue »

« Ils ont, dans un laps de temps très court, littéralement commencé à s’insulter entre eux », raconte Steve Nichols, le directeur de l’établissement à CNN. « « Fuck off » était le plus courant. C’était devenu dingue, ils juraient tous. Nous étions un peu inquiets par rapport aux enfants », poursuit-il.

Selon lui, aucun des visiteurs de l’établissement ne s’est plaint auprès du refuge. « Ça amuse beaucoup les gens. C’est un peu de légèreté dans une année très difficile », reconnaît Steve Nichols. L’équipe a néanmoins décidé de transférer ces oiseaux à la langue trop pendue. Ils ont même été séparés, pour les empêcher de se provoquer entre eux.

« Ça arrive trois ou quatre fois par an »

Steve Nichols, avoue cependant que ce n’est pas si rare. « On a déjà accueilli des perroquets qui insultent. Ça arrive trois ou quatre fois par an. » Le responsable observe également des changements de comportements chez les propriétaires d’oiseaux depuis le confinement plus enclin à donner leurs animaux à des structures spécialisées.

« Il y a de plus en plus de perroquets amenés au parc. Quand on accueillait deux oiseaux en quinze jours avant le confinement, on en a reçu huit aujourd’hui par exemple. »

 

 

Franbuzz sur Facebook

Répondre