Coronavirus : Escroquée, une entreprise pharmaceutique française perd 6,6 millions d’euros

Une entreprise pharmaceutique de Rouen avait passé une commande massive de masques et de gels à une société fantôme qui s’est révélée fausse. Une enquête a été ouverte. 

publicités

Une enquête préliminaire a été ouverte le 16 mars pour « escroquerie » et « faux et usage de faux », comme le confirme le parquet de Rouen à nos confrères du Parisien. . Les investigations ont été confiées à la police judiciaire de Rouen et l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).

L’entreprise victime de l’arnaque est la filiale d’une coopérative de pharmaciens. Cette dernière aide les pharmacies et les préparateurs à travers des activités de formation et de fourniture de matériel médical.  « La société Cerp Rouen s’est vu proposer de se faire réapprovisionner en gel hydroalcoolique et en masques. Ils ont fait un virement par internet », a indiqué une source policière, confirmant une information du Parisien.

publicités

« Il s’avère que c’était une société fantôme. L’argent est à ce stade bloqué par les autorités de Singapour », a-t-il ajouté, précisant que la société avait porté plainte contre X et que le préjudice s’élevait à 6,6 millions d’euros. Le procureur de Rouen Pascal Prache a confirmé qu’une information judiciaire était ouverte ainsi que le montant du préjudice. Dans un communiqué, la société Cerp Rouen, qui évoque une « escroquerie particulièrement sophistiquée », indique que « les escrocs se sont fait passer pour des fournisseurs connus de la société en remettant un dossier complet ».

« Scandalisée, la société regrette que des personnes sans moralité, en France ou à l’étranger, n’hésitent pas à profiter de l’urgence sanitaire au détriment de l’intérêt public dans les moments difficiles que vit notre pays ». Sur son site internet, la société CERP Rouen se présente comme le 2e grossiste/répartiteur sur le territoire français avec 32 agences, assurant jusqu’à deux livraisons quotidiennes aux pharmacies d’officine.

publicités

Selon Le Parisien, il s’agit de l’arnaque la plus lucrative et la plus sophistiquée opérée depuis le début de la crise du Covid-19. Contacté, le groupe Astera ne souhaite pas s’exprimer. Le procureur Pascal Prache invite les entreprises à la méfiance : « Il y a une nécessaire vigilance à avoir sur ce type d’infraction, de surcroît dans le contexte sanitaire que l’on connaît actuellement ».

Franbuzz sur Facebook

Répondre