Coronavirus : le ministère de la Santé annonce le 1er décès d’un médecin hospitalier en France

Invité de LCI, Le Figaro et RTL, Olivier Véran a confirmé qu’un médecin hospitalier contaminé par le Covid-19 était décédé. Une première en France, où le confinement pourrait être prolongé.  Selon France 3 Hauts-de-France, la victime est un médecin urgentiste de Compiègne, dans l’Oise

publicités

Un médecin hospitalier est mort après avoir été infecté par le nouveau coronavirus, , a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran, invité de LCILe Figaro et RTL pour l’émission Le Grand Jury, précisant qu’il s’agissait à sa « connaissance » du premier décès de ce type en France.

«J’ai été informé hier soir du décès d’un médecin hospitalier. C’est la première fois qu’un tel cas frappe quelqu’un du personnel médical, sous réserve du secret médical », a indiqué Olivier Véran. «Je m’associe à la peine de sa famille et des soignants, a dit le ministre. La plupart des soignants infectés vont être contaminés en dehors de leur hôpital, c’est pour ça que nous insistons beaucoup sur le respect des gestes barrières ».

publicités

Selon France 3 Hauts-de-France, la victime est un médecin urgentiste de Compiègne, dans l’Oise, un des premiers départements à avoir été fortement touché en France, et est décédé après son transfert à Lille. Des informations confirmées à l’AFP de source proche du dossier. Olivier Véran, qui s’est « associé à la douleur de la famille », a relevé le « très lourd tribut payé par la grande famille des médecins aujourd’hui ».

Il a également « souligné le courage extraordinaire dont font preuve l’ensemble des médecins, des soignants, des pompiers, de toutes les personnes qui permettent de sauver des vies chaque jour ».

publicités

«Si le confinement généralisé est respecté par les Français, c’est le moyen le plus efficace pour lutter contre l’épidémie », affirme-t-il.

Le ministre a rappelé que l’Assemblée vient de durcir l’arsenal juridique pour punir le non-respect du confinement. Avec notamment une amende portée à 1 500 € en cas de récidive.

Interrogé pour savoir s’il faut prolonger le confinement, Olivier Véran rappelle «que jamais nous n’avons donné de durée. Nous avons donné une donnée minimale, nous prendrons des décisions en fonction des données médicales à notre disposition ».

Franbuzz sur Facebook

Répondre