Déconfinement – Quel est le protocole envisagé pour la réouverture des écoles ?

Si tout se passe comme prévu, les enfants reprendront le chemin de l’école dès le 11 mai pour la maternelle et la primaire, et le 18 mai pour le collège. Une réouverture progressive des classes après près de deux mois de confinement qui aura lieu uniquement sous couvert du respect de mesures strictes, qu’il faudra absolument faire comprendre aux enfants en amont.

publicités

Les Français voient approcher le 11 mai, date du début du déconfinement, parfois avec impatience, parfois avec inquiétude. Notamment pour les parents d’élèves et les personnels éducatifs, pas tous convaincus de la pertinence de faire revenir en classe les élèves des écoles et des collèges, comme l’a pourtant confirmé Edouard Philippe mardi 28 avril. En effet, cette décision ne suit pas les recommandations du Conseil scientifique, qui préconisait d’attendre septembre. Mercredi soir, la communauté d’agglomération de Lens-Liévin (Pas-de-Calais) a par exemple indiqué qu’elle préférait suivre cette recommandation que celle du gouvernement, et ne pas rouvrir les écoles et garderies de ses 36 communes.

Les enfants qui retourneront en classe à partir du 12 mai vont devoir apprendre de nouvelles règles pour communiquer entre eux, se déplacer, déjeuner… Le ministère de l’Education nationale a rendu public ce dimanche le protocole sanitaire qui devra être respecté dans  les écoles qui rouvriront à partir du 11 mai (le premier jour étant dédié à une pré-rentrée des enseignants). Un document qui a repris beaucoup des recommandations formulées par le Conseil scientifique le 25 avril et qui a été amendé par le ministère de la Santé.

publicités

Accueil et encadrement des élèves

Le premier enjeu de la journée réside dans l’accès même à l’école. Il faut en effet prévenir l’agglutinement que peut provoquer le début de journée devant l’entrée des bâtiments. L’Education nationale écrit ainsi qu’il conviendra de « placer un ou plusieurs accueillants aux entrées de l’établissement pour filtrer les arrivées et le flux de personnes. » Le mieux étant encore de ménager plusieurs chemins en « privilégiant l’entrée par plusieurs accès pour diviser le volume du flux ».

Il est même suggéré de « dissocier les flux » d’entrée et de sortie. Si la configuration des lieux ne le permet pas, il est également possible d’indiquer lequel de ces courants a la priorité sur l’autre, à telle heure de la journée.

publicités

Tandis que le document souligne l’obligation de veiller à ce que les élèves se lavent régulièrement les mains durant leur séjour dans l’établissement, il avance de manière par ailleurs que ce lavage des mains « peut se matérialiser par des activités (chanson, création graphique, vidéo explicative). »

Des mesures de désinfection, avant et après la rentrée

Avant que les enfants ne retrouvent le chemin des classes, celles-ci devront être soigneusement désinfectées. Dans son document, réalisé en collaboration avec un bureau d’études, le ministère de l’Education nationale prévoit plusieurs niveaux : un ménage classique suffit pour les salles qui n’auront pas servi depuis au moins cinq jours ; celles qui ont été utilisées devront être nettoyées avec des produits désinfectants efficaces contre le coronavirus ; enfin, les établissements dont des salles ont été réquisitionnées pour l’accueil de malades ou de personnes sans abri sont invités à contacter l’Agence régionale de santé (ARS) pour recevoir des consignes plus précises. Le document assure que les écoles et collèges qui n’auraient pas effectué le ménage nécessaire à temps « ne pourront pas accueillir les élèves ».

A quelle fréquence seront nettoyés les locaux ?

Un nettoyage approfondi des locaux aura lieu « une fois par jour a minima ». Mais sera prévue aussi une désinfection régulière des surfaces et matériels fréquemment touchés, comme les poignées de porte et de fenêtres, les interrupteurs, les chasses d’eaux, les rampes d’escalier, les robinets matériels utilisés par les élèves…

Combien d’élèves seront accueillis par classe ?

Ce sera décidé en fonction de la taille des locaux. Mais il faudra respecter une distance d’au moins un mètre entre chaque table (soit environ 4m² par élève, à l’exception de ceux placés contre un mur, une fenêtre, une bibliothèque…). « Une classe de 50 m2 doit permettre d’accueillir 16 personnes », cite le protocole. Mais dans certaines villes, les effectifs seront moindres. Exemple à Paris où « l’idée est d’accueillir entre 5 et 10 élèves par classe en maternelle et une douzaine en élémentaire », a indiqué vendredi l’adjoint de la mairie en charge de l’éducation, Patrick Bloche.

Des masques distribués si besoin

Déjà évoqué par Edouard Philippe face aux députés, mardi, ce point est rappelé par le projet de protocole : le port du masque sera obligatoire pour le personnel et pour les collégiens, possible pour les élèves qui le souhaitent en primaire, « et s’ils sont en mesure de le porter sans risque de mésusage », mais déconseillé en maternelle. Le ministère promet de fournir aux adultes deux masques « grand public » de catégorie 1 par jour de présence. Et de distribuer les mêmes masques aux élèves tant qu’ils ne seront pas « accessibles aisément à l’ensemble de la population ». Ce sera ensuite aux parents de se les procurer.

La question des repas

Les arrivées des élèves seront échelonnées. Au début de chaque repas il sera rappelé aux élèves de ne pas partager leur nourriture, leur verre d’eau, leurs couverts… Mais s’il s’avère impossible de faire respecter les consignes sanitaires au réfectoire, les repas pourront être pris en salle de classe « sous la surveillance d’un adulte et sous forme de plateaux ou de paniers repas », indique le texte.

« En cas de restauration à la cantine ou au réfectoire, concevoir l’organisation des temps de restauration et d’accès de manière à limiter au maximum les files d’attente et les croisements de groupes d’élèves dans les couloirs. Le respect des mesures sociales de distanciation s’applique dans tous les contextes et tous les espaces: les temps de passage, la circulation, la distribution des repas. La gestion des matériels collectifs (plateaux, couverts, brocs d’eau…) est adaptée pour limiter les contacts. »

Un protocole pour isoler les cas suspects

Ce document provisoire détaille, enfin, la marche à suivre si jamais un élève présente des symptômes du Covid-19. Il devra être muni d’un masque et isolé à l’infirmerie ou dans une pièce dédiée en attendant que ses parents, immédiatement appelés, viennent le chercher. Ces derniers auront pour consigne de le faire tester. En attendant, le protocole prévoit que sa température soit prise, « avec un thermomètre sans contact ».

L’établissement devra ensuite contacter les autorités sanitaires pour appliquer le processus de recensement des personnes en contact avec l’enfant. S’il s’avère positif au virus, « des dépistages pourront être organisés au sein de l’établissement ». Les lieux fréquentés par l’élève et les objets avec lesquels il aura été en contact dans les 48 heures précédant les symptômes devront être désinfectés. Un protocole similaire est détaillé au cas où un membre du personnel de l’établissement présenterait des symptômes.

Les parents sollicités

Si ce protocole s’adresse aux établissements scolaires, une partie de la responsabilité reviendra aux parents d’élèves. A eux de fournir des masques aux collégiens et lycéens une fois que ces objets seront « accessibles aisément » et de s’assurer qu’un élève présentant des symptômes soit rapidement testé. A eux, également, de fournir des mouchoirs jetables à leurs enfants et à leur détailler les gestes à respecter avant leur retour en classe. Enfin, il leur sera également demandé de prendre chaque matin la température de leurs enfants et de ne pas les envoyer en cours si elle dépasse 37,8 °C.

Franbuzz sur Facebook

Répondre