Des cochons vivants utilisés pour simuler des accidents lors de tests de sièges bébés

Quinze jeunes cochons vivants ont servi de cobayes dans un crash test visant à tester l’efficacité de sièges pour enfants. Sept d’entre eux sont morts sur le coup.

publicités

Pour les besoins d’une étude sur les sièges pour enfants, quinze porcelets ont été privés de nourriture et d’eau pendant plusieurs heures avant d’être installés dans un dispositif de crash test. Sept cochons sont morts, après avoir été utilisés comme mannequins d’essais de choc en Chine.

Une nouvelle pratique qui révolte les défenseurs des droits des animaux. Les porcs ont été attachés avec différentes sortes de ceintures de sécurité et soumis à des tests à une vitesse pouvant atteindre les 30 km/h. Les animaux, âgés en moyenne de 75 jours, étaient installés dans un siège monté sur un rail et précipité contre un mur.

publicités

Sur les quinze animaux testés, sept sont morts immédiatement après l’impact et les huit autres sont blessés à des degrés divers. “Des abrasions, des contusions, des lacérations ou encore des fractures” ont été constatées selon l’International Journal of Crashworthiness. Au préalable, les scientifiques avaient administré un anesthésique aux jeunes cochons pour réduire leur stress.

Les chercheurs ont justifié leur expérience avec de jeunes porcs en expliquant que leur structure anatomique était ‘similaire’ à celle des enfants de 6 ans. Ils ont par ailleurs indiqué que les animaux étaient censés «jouer le rôle de bambins de six ans». Les scientifiques ont également assuré avoir suivi les directives américaines concernant l’utilisation d’animaux de laboratoire et que leur étude avait été validée par un comité éthique.

publicités

L’association PETA ne l’entend pas de cette oreille. “Laisser des animaux intelligents et sensibles comme les porcs s’écraser sur les murs lors de tests à grande vitesse en Chine est tout simplement cruel”, s’indigne Anne Meinert, porte-parole de l’ONG.

Les scientifiques ont également insisté sur le fait qu’ils avaient suivi les directives américaines quant à l’utilisation d’animaux de laboratoire, tout en précisant que leur étude avait été approuvée par un comité d’éthique. Mais cette pratique a pris fin aux Etats-Unis dans les années 1990.

C’est honteux de voir ce genre de pratique alors que des mannequins d’essai de collision ont été perfectionnés exprès pour ces tests. Ces mannequins se présentent sous différentes formes et tailles, avec des capteurs à l’intérieur de chacun capables de mesurer les forces d’impact à différents points. En d’autres termes, ils sont en mesure de fournir une représentation beaucoup plus précise des blessures causées par un accident qu’un porc, et sans blesser aucun animal.

Malgré l’existence de ces mannequins, l’entreprise a admis avoir utilisé des milliers d’animaux au cours des dix dernières années, tels que des porcs, des chiens, des lapins, des furets, des rats et des souris.

Franbuzz sur Facebook

Répondre