Des manifestants de moins en moins nombreux contre le pass sanitaire : Ils étaient entre 60.000 et 80.000 ce samedi

Les opposants au pass sanitaire et à l’obligation vaccinale ont de nouveau défilé à travers la France, ce samedi 25 septembre, mais ils étaient moins nombreux que les week-ends précédents.

publicités

« Contre Macron et ses mesures liberticides »… Des milliers de personnes ont à nouveau manifesté samedi dans les rues de nombreuses villes pour dénoncer le pass sanitaire et l’obligation vaccinale des soignants pour le onzième samedi consécutif.

Environ 63.700 manifestants dont 7.200 à Paris, ont été recensés à 18 heures par le ministère, pour 197 actions au total. La semaine dernière, à la même heure, Beauvau avait comptabilisé 80.500 participants dont 6.000 à Paris pour 199 actions. Ils étaient 237.000 participants le 7 août au plus fort de la mobilisation

publicités

Une mobilisation en baisse

À Paris, les manifestants étaient 7.200 à arpenter les rues, au sein de quatre cortèges organisés par les gilets jaunes ou à l’appel de l’ex-FN Florian Philippot. Dans un des cortèges, un homme déguisé en Jésus Christ portait une croix en forme de rails sur laquelle était écrit « Halt pass » ainsi que « Arbeit Macht Frei » (Le travail rend libre), inscription qui figurait à l’entrée de camps de concentration et d’extermination nazis, a relevé un journaliste de l’AFP.

Les manifestants étaient environ un millier à Pau, moins nombreux que samedi dernier mais toujours déterminés, à l’image d’Isabelle, rencontrée par France Bleu Béarn Bigorre : « Je suis mobilisée depuis le début et je continuerai les manifs. Même si nous sommes trois, je serai là ! », assure-t-elle. Elle refuse la vaccination et se mobilise pour préserver « la liberté ». À Belfort, les manifestants sont aussi de moins en moins nombreux à défiler : 450 ce samedi contre plus du double à la fin du mois d’août. Ces manifestations sont aussi pour certains l’occasion de « retrouver les copains », pour Gérald, interrogé par France Bleu Belfort-Montbéliard. « C’est super, je revois des voisins, des copains de classe que je n’avais pas vu depuis des années ! »

publicités

Ils étaient 750 à Périgueux, rejoints par des motards qui se mobilisent aussi contre la hausse des prix des carburants et le contrôle technique des deux-roues. Les manifestants étaient 2.000 à Montpellier, un peu plus d’un millier à Bordeaux, Nantes, Besançon, Strasbourg ou encore Lyon, 800 à Marseille, 650 à Rennes et quelques centaines à Limoges ou encore à Châteauroux. Des chiffres pour la plupart en baisse par rapport à samedi dernier. À Orléans, la mobilisation se stabilise ces dernières semaines autour du millier de participants.

Manifestations anti-pass sanitaire : la mobilisation le samedi, depuis le 17 juillet 2021. © Visactu

Aussi, la mobilisation se poursuit parfois sous d’autres formes, comme à Besançon où les manifestants se réunissent tous les jeudis pour un pique-nique Place de la Révolution, à quelques mètres des terrasses.

Vaccinations en hausse, hospitalisations en baisse

Cette nouvelle journée de mobilisation intervient alors que plus de 50 millions de Français ont reçu au moins une injection du vaccin et que la décrue des malades du Covid-19 se poursuit en France : vendredi 8.107 personnes étaient hospitalisées contre plus de 9.000 une semaine auparavant. Parmi ces patients, 1.586 se trouvaient en soins intensifs.

Le gouvernement a annoncé mercredi la levée à partir du 4 octobre de l’obligation du port du masque à l’école primaire dans les départements les moins touchés par l’épidémie du Covid-19.

Vers une prolongation du pass sanitaire au-delà du 15 novembre

Les manifestants veulent aussi se faire entendre pour éviter une prolongation du pass sanitaire au-delà du 15 novembre. Un projet de loi sera présenté le 13 octobre en Conseil des ministres. Pour rappel, ce pass est devenu obligatoire le 21 juillet dans les lieux accueillant plus de 50 personnes. Il a ensuite été étendu aux hôpitaux sauf urgences, aux bars et restaurants, aux grands centres commerciaux sur décision préfectorale et le 30 août aux 1,8 million de salariés au contact du public. Le 30 septembre, il doit être étendu aux 12-17 ans. 

Cette nouvelle journée de mobilisation intervient alors que plus de 50 millions de français ont reçu au moins une injection du vaccin et que la décrue des malades du Covid-19 se poursuit en France : vendredi 8.107 personnes étaient hospitalisées contre plus de 9.000 une semaine auparavant. Parmi ces patients, 1.586 se trouvaient en soins intensifs. Le gouvernement a annoncé mercredi la levée à partir du 4 octobre de l’obligation du port du masque à l’école primaire dans les départements les moins touchés par l’épidémie du Covid-19.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre