Deux Clusters dans une discothèque des Vosges : Près de 4.000 cas contacts et 44 personnes positives

Le Discopolis de Charmes, dans les Vosges, s’est transformé en cluster au Covid-19 lors de plusieurs soirées fréquentées par des milliers de personnes. Un cluster de 44 personnes a été détecté ce jeudi 22 juillet. Plus de 4.000 cas contacts ont aussi été relevés.

publicités

Deux foyers de contaminations au Covid-19 ont été identifiés dans des discothèques situées dans l’Est de la France, avec à chaque fois plusieurs dizaines de personnes touchées, a-t-on appris ce vendredi 23 juillet auprès des autorités sanitaires.

Au Discopolis de Charmes, dans les Vosges, “un cluster au variant indien a été détecté parmi les habitants du secteur. Le contact tracing effectué par l’Assurance Maladie a permis d’identifier 44 personnes”, dit un communiqué de la préfecture et de l’Agence régionale de Santé (ARS) du Grand Est.

publicités

Le préfet Yves Séguy la qualifie de « grave » et souhaite que des mesures « rapides et calibrées » soient mises en place, indique L’Est Républicain. Le préfet appelle également « les différents participants à se faire tester et vacciner au plus vite, y compris ceux qui sont déjà vaccinés. »

Trois soirées concernées

Ces dernières heures, c’est l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté qui alerte sur un possible cluster repéré dans une discothèque nommée le Cario Club, située à Mathay, dans le département Doubs. Au total, 66 cas positifs qui ont fréquenté les lieux les 13, 16 et 17 juin dernier ont été recensés, souligne France Bleu.

publicités

Le temps que l’enquête de l’ARS réalisée conjointement avec l’Assurance-maladie n’avance, l’établissement, qui était le seul de ce type à avoir rouvert dans le département, devra garder portes closes pour une durée d’une semaine a annoncé la direction sur les réseaux sociaux. Plusieurs employés ont également été contaminés.

Cluster de 1000 personnes dans les Vosges?

Dès ce vendredi 23 juillet, avec le concours du maire de Charmes, du service départemental de secours et l’association départementale de la protection civile, un dispositif sera mis en place au sein de l’Hôtel de ville dans la salle des fêtes. Il s’adresse principalement à celles et ceux qui de près ou de loin sont concernés par ce cluster.

Les personnes touchées ont été contaminées au cours de trois soirées, les 13, 16 et 17 juillet, et les chiffres pourraient encore augmenter puisque 1000 cas contacts ont été identifiés, selon l’ARS.

Lors du point presse, Xavier Grimon, président de l’UMHI des Vosges (union des métiers et industries de l’hôtellerie) a réagi à la formation de ce cluster : « la profession est outragée de ce qui s’est passé au Discopolis et ne veut pas en pâtir. Notre profession n’a qu’un but, rester ouvert. Une campagne de vaccination pour nos salariés débutera la semaine prochaine ». Sur sa page Facebook, avant toute décision et annonce officielle qui interviendra prochainement, la fermeture du complexe Discopolis est déjà annoncée.

Le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, interrogé vendredi matin par BFMTV, a estimé qu’il était “dangereux” en termes épidémiques de fréquenter les boîtes de nuit, rouvertes avec pass sanitaire, assurant qu’elles avaient dans plusieurs pays, notamment aux Pays-Bas, été à l’origine de pic de contaminations.

A Bordeaux, 81 personnes ont été testées positives après trois soirées techno organisées mi-juillet dans un club de la ville alors que des témoignages sur les réseaux sociaux ont mis en doute le respect des contrôles sanitaires.

Franbuzz sur Facebook

Répondre