En Italie, une allocation de 250 € par mois et par enfant pour faire remonter la natalité

Le Covid a accentué la crise démographique en Italie, avec un nombre de naissances historiquement bas. Pour contrer le phénomène, une allocation exceptionnelle vient d’être approuvée.

publicités

À partir du 1er juillet prochain en Italie, les familles auront droit à une allocation mensuelle allant jusqu’à 250 € par enfant, dès le 7e mois de grossesse, pouvant durer jusqu’à ses 21 ans. « Un moment historique » ​pour le pays, s’est félicitée la ministre de la Famille et de l’Égalité des chances, Elena Bonetti, juste après l’approbation de la loi par le Sénat, fin mars.

VIA: Ouest-France

Une décision prise quelques jours après l’annonce, par l’institut italien de statistiques (Istat), de l’aggravation historique de la démographie du pays après un an de pandémie.

publicités

Une situation démographique jamais vue

D’un côté, l’Italie a comptabilisé 746 146 décès en 2020, un nombre jamais atteint depuis la Seconde Guerre mondiale. De l’autre, le nombre de naissances a plongé de 3,8 %, avec seulement 404 104 bébés.

L’équation est sans appel : en une seule année, le pays a perdu pas moins de 384 000 habitants. Du jamais vu. « C’est comme si une ville comme Florence avait disparu »​, illustre l’Istat.

publicités

D’autant plus inquiétant que le pays était déjà le plus vieux d’Europe avec 23,2 % de ses habitants âgés de 65 ans ou plus (20,4 % en France).

Un effort à 20 milliards d’euros

Si les aspects pratiques doivent encore être précisés, la presse italienne parle donc, avec cette nouvelle loi, d’une « petite révolution »​. Près de 20 milliards d’euros de crédits ont d’ores et déjà été alloués à cet effort par le gouvernement italien. L’allocation sera dégressive en fonction du revenu des parents, afin d’aider au maximum les plus précaires.

En 2019, 20,1 % des Italiens avaient un salaire inférieur à 858 € par mois. Avec la pandémie, un million de personnes ont perdu leur emploi depuis février 2020, faisant passer le taux de chômage de 9,8 à 10,2 % selon l’Istat.

« Promouvoir l’emploi, en particulier féminin »

Le nouveau dispositif remplacera les aides existantes – déductions fiscales, primes à la natalité ou à la maternité – qui n’avaient pas prouvé leur efficacité. Il s’adressera aussi à un plus large éventail de bénéficiaires.

En 2019, l’Unicef classait l’Italie en 19e position sur 31 pays en Europe en matière de politiques nationales favorables à la famille (la France est 10e). Une carence qui retombait, en grande partie, sur les Italiennes : en 2018, 60 % des travailleuses avaient réduit leur temps de travail pour s’occuper des enfants. La nouvelle loi vise, justement, à  « promouvoir l’emploi, en particulier féminin ».

Source: Caroline BORDECQ. – Ouest-France

Franbuzz sur Facebook

Répondre