France – Un homme de 33 ans meurt au commissariat après son interpellation pour non-respect du confinement

Un homme de 33 ans est mort mercredi soir au commissariat de Béziers dans l’Hérault. Il venait d’être interpellé sur la voie publique pour non respect des règles du confinement, du couvre-feu, et dégradation d’un véhicule. 

publicités

Vers 22h20, la victime, un homme âgé de 33 ans avait été contrôlé dans une rue du centre-ville de Béziers (Hérault) par une patrouille municipale composée de trois policiers pour non-respect des règles du confinement et du couvre-feu qui débute à 21 heures dans la ville. En quelques secondes, la situation aurait mal tournée.

Le décès du trentenaire a été constaté vers 23 h 30 par un médecin du Smur, « après plus de trois quarts d’heure de tentative de réanimation dans les locaux du commissariat de police de Béziers », ajoute Raphaël Balland dans un communiqué.

publicités

« Il est inadmissible qu’en France une personne décède du fait de sa pauvreté et de sa grande vulnérabilité sociale et de la mise en place de mesures d’exception comme le couvre-feu », a réagi la Ligue des droits de l’homme (LDH) de l’Hérault dans un communiqué, en affirmant qu’il s’agissait d’une « personne sans domicile fixe ».

Un policier municipal se serait assis sur ses fesses

Les trois policiers municipaux, qui ont été entendus dans le cadre d’une audition libre, ont indiqué que la victime aurait « refusé le contrôle et qu’il aurait adopté à leur rencontre un comportement très agressif justifiant selon eux de procéder à son interpellation », indique le procureur. « L’homme résistait alors fortement et longuement à l’interpellation. Les policiers municipaux parvenaient difficilement à le menotter puis à le faire entrer à l’arrière de leur véhicule en le maintenant sur le ventre. Un policier municipal se serait alors assis sur les fesses de l’individu encore très excité dans le but de le maintenir jusqu’à sa conduite au commissariat », à quelques centaines de mètres de là.

publicités

Décédé à son arrivée au commissariat 

À son arrivée au commissariat de police de Béziers, l’homme de 33 ans était inconscient.  Il est décédé rapidement sur place malgré les tentatives de réanimation des policiers puis des secours. Cette mort provoque de nombreuses réactions, voici celle du journaliste David Dufresne parti en guerre contre les dérives policières.

Connu de la justice

Jeudi 9 avril, le parquet a ordonné l’ouverture d’une enquête pour « homicide involontaire ». L’homme avait été condamné à huit reprises depuis 2005, en particulier pour des violences et des vols. Les premières investigations ont été confiées au commissariat de police de Béziers. La suite de l’enquête est confiée aux policiers de la sûreté départementale de Montpellier. Le parquet dit envisager de requérir l’ouverture d’une information judiciaire dans les prochains jours afin de poursuivre les investigations sous la direction d’un magistrat instructeur du tribunal judiciaire de Béziers.

Père de trois enfants

Au sujet de la victime, le magistrat détaille que l’homme décédé est né à Béziers. Père de trois jeunes enfants à la garde de leur mère dont il était séparé., il était sans emploi.Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, la loi du 23 mars 2020 permet aux agents de la police municipale, aux côtés des forces nationales, d’assurer le respect des mesures de confinement dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

Franbuzz sur Facebook

Répondre