France – Une collégienne de 10 ans tabassée dans son collège par 3 adolescents de 15 ans

Tout un côté du visage tuméfié, une dent cassée, le poignet gonflé, c’est dans cet état qu’est rentrée du collège Tallia, 10 ans après avoir été rouée de coups par d’autres élèves.

publicités

Plusieurs jours après son agression violente au sein du collège Louis-Bouland de Couloisy, non loin de Compiègne (Oise), Tallia, 10 ans, et sa famille sont encore sous le choc. Pour ce déchaînement de violence au sein de son collège, ses parents ont porté plainte. « Tallia n’ose plus sortir de la maison, même avec nous pour faire des courses », s’attriste son père, Christopher Da Cunha. Elle est terrorisée.

Le véritable cauchemar de Tallia aurait débuté le 18 octobre, lors de la dernière journée d’école avant les vacances de la Toussaint. Durant la pause du midi, trois ‘grands’ l’auraient pris à partie. Ils l’a bloquent dans un couloir. L’un des agresseurs l’attrape par le sac à dos et la frappe violemment contre un mur à plusieurs reprises. Un autre continue de la frapper alors qu’elle est au sol pendant que le troisième agresseur aurait filmé la scène avec son téléphone.

publicités
image: LP/ Elie Julien  

Le papa témoigne via le quotidien Le Parisien, « Nous l’avons tout de suite amenée aux urgences. On est passé devant tout le monde quand ils ont vu son état. » Depuis cette agression, la jeune Tallia ne veut plus sortir de la maison familiale, même accompagnée de ses parents pour faire les courses. Elle refuse également de retourner au collège, de peur d’être une nouvelle fois agressée. Les parents ont été clair à ce sujet : leur fille ne remettra plus un pied au collège tant que les trois agresseurs n’ont pas été interpellés.

Pour l’heure, un seul jeune de 15 ans a été interpellé et placé en garde à vue. Après avoir nié les faits, il a finalement avoué avoir frappé la jeune fille de 10 ans, sans expliquer son geste. Ses deux complices n’ont toujours pas été identifiés. Ils devront effectuer un travail éducatif avec la protection judiciaire de la jeunesse. Ils seront jugé ultérieurement. Pour de tels faits, un adulte encourt cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende. Pour les mineurs, les peines sont adaptées.

publicités

 

Franbuzz sur Facebook

Répondre