France – Une mère de famille tue et découpe sa collègue de travail puis la jette dans le Canal

Une mère de famille de 55 ans a avoué le meurtre de sa collègue en 2016 mais nie la préméditation. Elle est jugée ce lundi 21 octobre pour l’avoir tuée, découpée en morceaux et jetée dans le Canal du Midi.

publicités

C’est un véritable film d’horreur. C’est exactement ce qu’on s’est dit lorsqu’on a appris qu’une femme avait tué et découpé sa collègue de travail puis l’avait jeté à l’eau. Sophie Masala, une mère de famille de 55 ans, est jugée pour des faits similaires à partir du lundi 21 octobre à Toulouse. Au printemps 2016, les membres sectionnés de Maryline Planche avaient été découverts dans le centre de la Ville rose, disséminés le long des rives du Canal du Midi.

Maryline Planche a été tuée le 12 mai 2016, dans son appartement du quartier Saint-Georges, en plein cœur de Toulouse, la tête fracassée avec une bouteille. Elle a ensuite été découpée avec une scie à métaux. De l’immeuble jusqu’au canal, distant de 500 mètres, les membres ont été transportés à l’aide d’un charriot de supermarché et la tête dans un sac à dos.

publicités

Sophie Massala, a été interpellée quelques jours plus tard à Montpellier et est passée aux aveux. Sa collègue faisait des heures supplémentaires et était bien vue par sa hiérarchie, ce qui énervait semble-t-il l’accusée, qui venait de se faire pincer après avoir dérobé des tickets-restaurant. Selon l’accusation, celle qu’on surnomme désormais la « démembreuse du Canal du Midi » nourrissait une « obsession haineuse » à l’égard de Maryline. 

Des policiers près du Canal du Midi (illustration) Image: AFP PHOTO / PAUL PLANTIN 

Sophie Massala a été examinée par des psychologues et des psychiatres, mais ces derniers n’ont détecté aucun problème mental chez elle. Pourtant, elle a fait preuve d’une grande violence presque proche du sadisme puisqu’elle a fracassé la tête de sa collègue avec une bouteille avant de la découper ..

publicités

Le 17 mai elle achète pour 30€, scie, couteau, sacs et désodorisant. Dans la nuit, elle décide de découper le corps de Maryline Planche, pour s’en débarrasser. « Ma vie était foutue tout partait en morceaux, il fallait que je lui rende la pareille ». Terribles aveux. Durant toute la nuit elle s’affaire auprès du corps de la victime pour la démembrer méthodiquement à l’aide de la scie. « Je mettais des serviettes et des draps pour ne pas voir ». Le tronc est et les membres sont enfouis dans des valises et un caddie à roulettes pris chez la victime. En pleine nuit, elle se débarrasse de la valise contenant le tronc de Maryline, sur les berges du canal. Un peu plus tard, elle jette les sacs plastiques contenant les jambes et les bras dans le canal du Midi.

Le 26 mai, Sophie Masala est interpellée à Montpellier, à sa descente d’avion après un rendez-vous professionnel avec sa direction, à Paris, au sujet des vols de tickets-restaurant à l’Agefiph. Le téléphone de la victime avait borné avec celui de la meurtrière présumée, à Montpellier. Le 28 mai, à l’issue de sa garde à vue, Sophie Masala fait des derniers aveux macabres. Elle indique le lieu où elle a caché la tête de Marilyne. Enterrée dans son jardinet, à l’aide d’une cuillère. « Je l’ai mise de côté précieusement. C’était elle, c’était son âme».

La quinquagénaire risque la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attendu vendredi 25 octobre.

Franbuzz sur Facebook

Répondre