«Guérilla urbaine» entre des centaines de jeunes et les forces de l’ordre aux Sables-d’Olonne dans la nuit du 14 juillet (VIDÉO)

Soirée sur fond d’alcool, jeux de ballon et bains de minuit, ou descente de police, violences et bagarres. L’ambiance est parfois très fluctuante, sur la plage et le remblai des Sables-d’Olonne. Reportage cette nuit de vendredi à samedi.

publicités

Environ 150 jeunes, âgées de 16 à 25 ans, originaires des grandes agglomérations de la région des Pays de la Loire,  se sont affrontés avec les forces de l’ordre dans la nuit du 14 au 15 juillet. Des dégâts modérés mais pas de blessés. Pas de blessés à priori chez les jeunes, ni dans les rangs de la Police nationale, de la Gendarmerie et de la Police municipale.

Une envie de « casser du flic »

«Mais, quand ils ont vu des gens en bleu arriver, ils se sont rassemblés pour casser du flic. Ils ont pris des bouteilles et tout ce qu’ils avaient sous la main », raconte un témoin.

publicités

La police municipale des Sables-d’Olonne a alors fait appel au renfort de la police nationale et de la gendarmerie. « Le Psig (Peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie) est même intervenu, ce qui n’est pas courant », font remarquer les forces de l’ordre.

Le syndicat Alliance police Nationale, qui estime le nombre de jeunes plus proche de 200, évoque: « une guérilla urbaine. Nos collègues ont reçu des feux d’artifices et des bouteilles de verre provenant de la plage » .  Il évoque un affrontement à « dix contre un » à la défaveur des forces de l’ordre.

publicités

Pas d’interpellation

Pour venir à bout de ces « fous furieux » et les disperser, les forces de l’ordre ont dû utiliser des grenades lacrymogènes.

« Il s’agissait de jeunes, voire de très jeunes personnes », selon une source proche de l’enquête qui parle également de bandes de La Roche-sur-Yon et du Mans venues en découdre aux Sables-d’Olonne.

A 2 h 30 , les jeunes ont été dispersés en deux groupes,  « dont l’un, plus agressif, qui a monté une barricade avec feux de poubelle en bas de la rue Travot.»

Après l’arrivée du Psig, une charge a permis de déloger ce groupe de cinquante personnes.

La Brigade anti criminalité de La Roche-sur-Yon est arrivée sur les lieux un peu avant 4 heures.

Le calme a été rétabli aux environs de 4 h 10.

Dans un communiqué de presse, le préfet de la Vendée fait état de jeunes entre 16 et 25 ans.

Face au nombre important d’agresseurs, aucune interpellation n’a été possible.

Quelques dégradations constatées

Les raisons de cet affrontement ne sont donc pas connues mais l’étude des caméras de surveillance est en cours.

Le feu a été mis à plusieurs poubelles de cartons de commerçants. Le bar des Halles a également subi des dégâts sur son rideau de protection et sa vitrine. Un impact est également visible sur la vitrine de la crêperie la Pendule, sur le Remblai.

Une conséquence de la fermeture des boîtes de nuit ?

Certains voient en cet épisode de violences urbaines une conséquence de la fermeture des établissements de nuit. « Quand ces jeunes sortent des bars qui ferment à deux heures du matin, ils ne savent plus où aller puisque les discothèques sont fermées. Alors ils vont sur la plage avec des bouteilles… »

Une demande de renforts CRS

Le maire des Sables-d’OlonneYannick Moreau, lors d’une rencontre avec le préfet ce mercredi matin, a renouvelé sa demande de renforts CRS saisonniers.

Pour le syndicat Alliance Police Nationale, ces événements sont un « signal fort » quant à la nécessité de déployer une présence policière plus importante sur la station balnéaire.

Une vidéo amateur a été prise au cours de cette nuit :

Franbuzz sur Facebook

Répondre