Il abandonne ses 2 chiens dans son appartement : le logement était maculé d’excréments et d’urine

Le maître les a laissés seuls, plusieurs jours. Ils ont été sauvés par la police nationale, alertée par la fondation 30 Millions d’Amis qui a déposé plainte pour abandon.

Ce sont des riverains qui, intrigués par l’odeur pestilentielle qui se dégageait de l’appartement, ont prévenu la Fondation 30 Millions d’Amis. Mercredi, les policiers, alertés par l’association, ont pénétré dans ce logement situé à Gagny, en Seine-Saint-Denis, et ont procédé à une opération de sauvetage des deux chiens.

publicités

Cet american staff et cet american bully étaient livrés à eux-mêmes depuis plusieurs jours. Le domicile était maculé d’urine et d’excréments. Quant au propriétaire, il était absent de l’appartement.

Un maître aux abonnés absents

C’est l’odeur pestilentielle qui se dégageait de l’appartement qui a alerté les riverains. Ces derniers ont donc averti l’association animalière qui estime que la situation aurait pu être bien pire : « les deux animaux sont plutôt en bonne santé grâce à l’intervention des voisins, qui ont pu les nourrir par le balcon ». Un sac de croquettes était également présent dans l’appartement, laissé par le propriétaire.

publicités

Cependant, 30 Millions d’Amis parle d’un départ à l’armée du maître, qui aurait missionné son frère pour s’occuper de ses chiens, un mâle et une femelle pucés et déclarés.

Mais celui-ci aurait finalement délégué cette charge à un tiers qui n’avait pas les clefs de la l’appartement. Les résidents ont rapporté que le maître ne s’occupaient pas de ses chiens et avait passé un accord avec la voisine pour qu’elle s’occupe des promenades.

publicités

« C’EST UNE SITUATION QUI ARRIVE TROP SOUVENT »

Stéphane Lamart, président de l’association éponyme

L’abandon des deux chiens dans un appartement à Gagny n’est pas un fait exceptionnel : « c’est une situation qui arrive trop souvent malheureusement, explique Stéphane Lamart, président de l’association éponyme qui lutte pour la défense des droits des animaux. Tous les jours, nous recevons des appels. » Selon lui, pour éviter ce genre d’incidents, il faut « éduquer les gens ». « Cela passe, d’abord, par les éleveurs. Quand une personne vient acheter un animal, ils ne doivent pas penser qu’au financier mais aussi responsabiliser l’acheteur. »

Source: leparisien

Franbuzz sur Facebook

Répondre