Il force une mère à regarder comment il poignarde et découpe la tête de ses enfants avant de l’assassiner

Un homme de l’Arkansas aurait forcé une mère à le voir poignarder et découper la tête de ses enfants, n’a pas échappé à l’exécution ! Michael Collins, 26 ans et son frère William Alexander, 23 ans, ont été inculpés, coupables du meurtre de A’Layaih Fisher, 5 ans, d’Elijah Fisher, 4 ans et de leur mère Mariah Cunningham, 24 ans.

publicités

Les jurés de Little Rock ont entendu de nouveaux détails horribles sur le triple homicide de 2017 le 16 octobre lors des déclarations liminaires du procès de Michael Collins, le 26 octobre. Collins est accusé d’avoir mortellement poignardé A’Layliah Fisher, 5 ans, son frère Elijah Fisher, 4 ans, et leur mère, Mariah Cunningham, 24 ans, dans leur maison de Little Rock, en Arkansas, en décembre 2017.

Selon la police, les deux enfants ont été brutalement poignardés à mort et décapités alors que leur mère était obligée de regarder, retenue par le complice et demi-frère de M. Collins, William Burnell Alexander, 23 ans. Collins l’a ensuite mortellement poignardée elle aussi. Collins aurait poignardé la fillette plus de 20 fois et son frère Elijah 14 fois, avant de tenter de leur couper la tête. Il a ensuite tué leur mère en la poignardant plus de 30 fois.

publicités

La paire aurait tenté de voler l’appartement de la famille car ils croyaient que les Cunningham étaient riches. Les objets volés ont été retrouvés par la police en même temps qu’un gros couteau à steak – identifié comme l’arme du crime – dans la Honda abandonnée et en panne de M. Collins, rapporte le média conservateur en ligne Breitbart.

image: Dailymail

C’est Sheba, la grand-mère, qui a retrouvé sa petite-fille et ses deux arrière-petits-enfants morts dans la maison familiale de Little Rock le 5 décembre 2017.

publicités

Collins avait été condamné à la peine de mort, mais la perspective de cette peine a été abandonnée, ce qui signifie qu’il passera désormais le reste de sa vie derrière les barreaux, sans perspective de libération conditionnelle.

Franbuzz sur Facebook

Répondre