Il poignarde sa femme et ses deux beaux-fils avant de violer ses belles-filles de 12 et 14 ans: il a reçu une injection létale au Texas

L’État du Texas, dans le sud des États-Unis, a exécuté mercredi un homme condamné pour le meurtre de trois membres de sa famille à l’issue d’un procès où l’huissier arborait une cravate avec une seringue pour signifier son soutien à la peine capitale.

publicités

Robert Sparks, 45 ans, a été déclaré mort à 18H39 locales (23H39 GMT) dans un pénitencier texan. Il avait été condamné en 2008 à la peine capitale pour avoir lacéré de coups de poignard sa femme, ainsi que les deux garçons de cette dernière âgés de 9 et 10 ans, avant de violer ses belles-filles, des adolescentes de 12 et 14 ans, en pleine nuit dans leur domicile de Dallas.

Sparks a avoué ses crimes aux autorités après son arrestation. Le procès de 2008 a été quelque peu mouvementé, car le père d’Harold a essayé de sauter sur Robert Sparks lorsque les procureurs ont expliqué comment l’enfant était mort. De plus, M. Sparks aurait tenté de se suicider en prenant des pilules avant de recevoir sa condamnation, selon les journaux de l’époque.

publicités

Peu après les meurtres, il avait expliqué s’être vengé parce que, selon lui, son épouse cherchait à l’empoisonner.  Dans un ultime recours, ses avocats avaient demandé à la Cour suprême des États-Unis de suspendre son exécution, au motif qu’il souffrait de retard intellectuel et de psychose, ce qui, selon eux, le rendait inéligible à la peine de mort.

Juste avant sa mort, Robert Sparks a tenu à dire quelques mots : « Umm, Pamela m’entends-tu ? Stephanie, Hardy, Marcus, dites à la famille que je les aime tous. Je suis désolé pour tous les moments difficiles et ce qui me fait mal et que je vous ai blessés aussi et dites à Patricia que je lui ai écrit et dites lui ce que j’ai dit. Je vous aime tous. Je suis prêt », a-t-il lâché.

publicités

À quelques heures de l’exécution, la haute juridiction a rejeté leur requête. La juge Sonia Sotomayor a qualifié de « perturbant » le choix de l’huissier, mais a souligné que rien ne prouvait que les jurés aient vu sa cravate. Elle a toutefois appelé les juges à exiger, à l’avenir, le retrait de vêtements litigieux ou de ceux qui les portent.

Il s’agissait de la septième exécution au Texas en 2019 et la seizième dans le pays. Depuis que la Cour suprême a rétabli la peine de mort en 1976, 1 506 personnes ont été exécutées aux États-Unis, dont 565 au Texas, plus que dans tout autre État. Sept autres exécutions sont prévues dans cet État du sud du pays avant la fin de l’année. La prochaine est prévue le 10 octobre prochain.

Franbuzz sur Facebook

Répondre