Incendie de Tchernobyl : la dispersion du panache de fumée a touché la France

Une modélisation de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), montre comment les vents ont poussé la fumée de moins en moins concentrée en radioactivité jusqu’en France. Le panache de fumée de l’énorme incendie qui touche l’Ukraine et l’environnement proche de Tchernobyl, le samedi 4 avril, est arrivée en France trois jours plus tard, en Lorraine le 8 avril.

publicités

Le panache de fumée de l’énorme incendie qui touche l’Ukraine et l’environnement proche de la centrale nucléaire de Tchernobyl est arrivé en Lorraine le 8 avril 2020 et avant de disparaître petit à petit. Néanmoins, les niveaux de radioactivité sont extrêmement faibles.

Dans sa note d’information, qui fournit une évaluation des impacts radiologiques, l’IRSN précise que ces masses d’air recouvraient encore la moitié de l’Hexagone ce mardi 14 avril. Cependant, les niveaux de radioactivité sont extrêmement faibles et l’impact résultant de l’inhalation de la radioactivité transportée par les masses dans l’air arrivant en France devrait être « insignifiant », précise l’Institut.

publicités

L’IRSN se veut toutefois rassurant et précise que « les niveaux de radioactivité sont extrêmement faibles et l’impact résultant de l’inhalation de la radioactivité transportée par les masses dans l’air arrivant en France devrait être insignifiant ».

Des mesures sont en cours afin de définir précisément le taux de radioactivité mais « les résultats ne seront disponibles que la semaine prochaine ». Une seconde étude a été réalisée afin de connaître l’impact de ce panache sur les organismes. Mais encore une fois l’institut se veut rassurant : « l’impact résultant de l’inhalation de la radioactivité transportée par les masses dans l’air arrivant en France devrait être insignifiant ».

publicités

Vidéo: Youtube-Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire – IRSN

Le feu de forêt s’est déclaré il y a une quinzaine de jours autour de la centrale accidentée de Tchernobyl. Un feu un temps maîtrisé mais qui serait de nouveau reparti dans cette zone vendredi 17 avril, selon l’ONG Greenpeace.

Franbuzz sur Facebook

Répondre