Incendie d’une usine à Rouen: Le gouvernement reconnaît que Rouen est «clairement polluée» par les suies

Les autorités écartent tout risque de « toxicité aiguë ». Dans la cité, l’inquiétude règne et de nombreux habitants se plaignent de maux de tête. Trois ministres ont fait le déplacement et les défenseurs de l’environnement émettent des inquiétudes sur la pollution engendrée par l’incendie.

publicités

Si l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen a été éteint, ce vendredi 27 septembre 2019 au matin, la défiance et l’inquiétude règnent dans la cité. Les autorités écartent tout risque de « toxicité aiguë » après le violent sinistre qui a englouti la fabrique d’additifs pour lubrifiants (classée Seveso en raison de la dangerosité des produits qu’elle abrite) et la pluie de suies qui a suivi.

Rappelons qu’un incendie s’est déclaré à l’usine Lubrizol, un site classé Seveso, dans la nuit de mercredi à jeudi. Après que les autorités aient tenté de rassurer la population qu’il n’y avait « pas de toxicité aiguë ».  Insatisfaits, plusieurs résidents s’étaient tournés vers les médias sociaux pour diffuser les images des impacts de l’incendie de l’usine. Des images qui valent mille mots.

publicités

Trois ministres ont fait le déplacement dans l’agglomération rouennaise ce vendredi : Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, Agnès Buzyn, ministre de la Santé et Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire.

«On peut être grossièrement rassurés par le fait qu’il n’y a pas en quantité importante des produits potentiellement dangereux», a déclaré Agnès Buzyn, reconnaissant toutefois que «la ville (était) clairement polluée» par les suies issues des fumées. «Je ne peux pas dire qu’il n’y a pas de danger, il y a forcément des traces d’hydrocarbures», a rajouté la ministre de la Santé, expliquant attendre des analyses plus fines à venir dans le courant de la semaine prochaine.

publicités

« Nettoyez ces suies, ces galettes, ces saletés – visuellement tes repérables – en prenant des précautions, notamment en mettant des gants », a continué Agnès Buzyn en s’adressant aux riverains. « C’est une usine qui produit des hydrocarbures même s’ils ne sont pas en grandes quantités, même s’ils sont proches des seuils, ce n’est jamais bon pour la population de toucher ce genre de produit. »

Un peu plus tôt vendredi, un médecin avait mis en garde les citoyens contre les dangers d’une telle pollution.

« Les fumées d’incendie, et notamment d’hydrocarbures, sont toxiques dans les suies qui vont se répandre tout autour et notamment dans les espaces urbains », a expliqué le Dr Gilles Dixsaut, président du comité national contre les maladies respiratoires, à BFM TV.

« Il faut être prudent dans les jours à venir et nettoyer correctement tous les espaces dans lesquels les enfants vont jouer parce que ces suies d’incendie sont, je le répète, des produits toxiques et potentiellement cancérogènes à moyen et long terme », a-t-il prévenu.

 

Franbuzz sur Facebook

Répondre