Incendies en Australie: Pourquoi l’Etat va tuer 10.000 dromadaires par des snipers depuis des hélicoptères (VIDÉO)

Sur demande des dirigeants aborigènes de la région concernée, 10.000 dromadaires vont être abattus en Australie depuis des hélicoptères. Le bilan déjà lourd est contraint de s’aggraver.  Un massacre pour la bonne cause ? 

publicités

Selon une étude du WWF en collaboration avec des chercheurs de l’université de Sydney, 1,25 milliard de mammifères, oiseaux, reptiles, batraciens et chauves-souris ont péri dans le brasier australien depuis les premiers incendies. À cette macabre liste vont bientôt s’ajouter 10 000 dromadaires sur le point d’être abattus par des tireurs embarqués à bord d’hélicoptère, comme l’explique La Voix du Nord.

Le drame qui se dessine n’a rien d’un acte gratuit de cruauté : dans une région dévastée par la sécheresse, les dromadaires consomment une bien trop grande quantité d’eau. Leur sacrifice est une nécessité pour les autorités australiennes. Ainsi que la population de dromadaires sauvages doublerait tous les neuf ans si aucun plan de lutte contre les ravageurs n’était entrepris, selon le Plan national de gestion des dromadaires sauvages.

publicités

Les incendies ainsi que les fortes chaleurs dans l’Outback, la région désertique au centre du pays, poussent les autorités à intervenir. En ligne de mire ? Les 1,2 million de dromadaires qui menacent les ressources en eau des populations indigènes.

Sur les Terres Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara (APY), les dirigeants indigènes ont demandé que 10 000 dromadaires sauvages soient abattus. « Nous sommes dans une période de fortes chaleurs. Certains dromadaires, assoiffés, essayent d’entrer dans nos maisons, cassent nos clôtures, et tentent d’accéder à l’eau par les climatiseurs », a expliqué Marita Baker, membre du conseil d’administration de l’APY.

publicités

« Ils ont causé des dégâts importants aux infrastructures. Les familles sont en danger. De plus, certains dromadaires meurent de soif, ou se piétinent pour accéder à l’eau. Dans certains cas, les animaux morts ont contaminé d’importantes sources d’eau, mais également certains sites culturels » a-t-elle aussi précisé au journal The Australian.

La vaste opération d’abattage commencera ce mercredi et devrait durer cinq jours, alors que les habitants de la région d’Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara, au centre du pays, se plaignent de l’intrusion fréquente de chameaux désespérément en recherche d’eau sur leur propriété. Le ministère australien de l’Eau et de l’Environnement estime que 10 000 dromadaires affluent vers les sources d’eau, notamment les robinets et réservoirs, et représentent un danger pour les infrastructures et la population locale.

À noter que les dromadaires émettent du méthane équivalent à une tonne de dioxyde de carbone par an, APY a demandé que l’abattage aboutisse à l’octroi de crédits carbone. Mais le Département de l’énergie et de l’environnement a déclaré que les émissions des animaux sauvages ne devraient pas être prises en compte dans les estimations des émissions d’un pays car elles ne sont pas gérées au niveau national.

Franbuzz sur Facebook

Répondre