Ivre et sans permis de conduire, il entame un rodéo dans un cimetière militaire à Villeurbanne pendant la nuit

Les deux suspects, soupçonnés de s’être livrés à un rodéo dans les allées de la nécropole nationale de la Doua au volant d’un Nissan X-Trail. Ils ont été interpellés en pleine nuit vendredi.

publicités

Un homme âgé de 20 ans avec un passager ont été interpellés le 20 novembre à Villeurbanne ( Rhône) après avoir été repérés en train de faire un rodéo dans le cimetière militaire situé près du campus universitaire de la Doua.

Cet automobiliste était parvenu à entrer dans le cimetière militaire, à Villeurbanne, et avait fait des dérapages entre les rangées de tombes des soldats. Lui et son passager, qui se trouvait en état d’ivresse, avaient rapidement été interpellés. Le conducteur n’avait pas de permis de conduire.

publicités

Un lieu de rassemblement pour les fêtards

Un riverain de 26 ans qui avait assisté à la scène depuis sa fenêtre avait alerté les forces de l’ordre. « Tous les soirs, des voitures se retrouvent à l’entrée du cimetière, avec des individus qui boivent et mettent de la musique », raconte-t-il à nos confrères.

Grâce à son signalement, les policiers ont réussi à appréhender un automobiliste à la sortie du cimetière. Originaire de l’Isère, il était en état d’ivresse au moment des faits. Selon le quotidien régional, le jeune homme a été placé en garde à vue au commissariat de Villeurbanne.

publicités

Le passager libéré, le conducteur convoqué

Placés en garde à vue et auditionnés par les enquêteurs de la brigade des accidents et des délits routiers, les deux mis en cause ont nié les faits. Le passager était laissé libre sans poursuite et le conducteur a été présenté au parquet samedi. Il a été libéré avec une convocation par procès-verbal pour le 15 mai 2021.

La virée nocturne a laissé des traces visibles sur la pelouse située à proximité des tombes américaines. 6 000 sépultures de civils et de militaires morts pour la France sont rassemblées dans la nécropole nationale de la Doua.

Franbuzz sur Facebook

Répondre