La Bretagne appelle l’État et l’Europe pour relancer son usine de masques fermée en 2018

Après la fermeture du site Honeywell de Plaintel (Côtes-d’Armor) en 2018, une usine de masques et vêtements de protection pourrait être relancée dans la région de Saint-Brieuc. La volonté politique est là, un spécialiste de l’économie sociale et solidaire pilote la mission d’étude. Ce site produisait des dizaines de millions d’unités l’an, dont les modèles FFP2 qui manquent actuellement aux soignants.

publicités

La désindustrialisation de la France a bien eu des conséquences directes sur la pénurie de masques de protection respiratoires qui font défaut au pays. En témoigne l’édifiante histoire de la fermeture en 2018 de l’usine Honeywell, située à Plaintel (Côtes d’Armor). Il s’y fabriquait en abondance ces produits que la France est contrainte d’importer par centaines de millions dans l’urgence en pleine pandémie de covid-19.

« Sa production était de 200 millions de masques par an, soit près de 20 millions par mois, fabriqués sur des machines ultra-modernes pouvant produire chacune 4000 masques à l’heure » déplore le syndicat Solidaires des Côtes d’Armor sur son compte Facebook.

publicités

« Un beau projet qui parle aux Bretons »

Associé au président du conseil départemental des Côtes d’Armor Alain Cadec, le président de la région Bretagne dit « partager le souhait » de voir l’industrie se réimplanter sur son territoire et confirme « la disponibilité pour étudier tout projet ». « La fabrication de masques à Plaintel est un beau projet qui parle aux Bretons. Mais notre responsabilité est de nous assurer de la viabilité du projet, au-delà de la crise, pour éviter de conduire les acteurs dans une impasse. »

L’élu socialiste prévient en revanche de la nécessité d’obtenir « des commandes stratégiques de long terme » notamment de la part de l’Union européenne et de l’État. « Des contacts ont été pris ces derniers jours sur ce point », précise la région. La collectivité a par ailleurs nommé l’ancien secrétaire d’État Guy Hascoët comme chef de cette mission de relance. Fortement mobilisé pour produire des masques commandés par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot lors de la grippe H1N1, le site de Plaintel avait tourné le dos à ses clients privés pour répondre à la demande publique. Mais quand l’État s’était désengagé, l’usine avait rapidement décliné jusqu’à fermer en 2018.

publicités

D’après l’ancien directeur Jean-Jacques Fuan, relancer une usine prendra « au moins dix-huit mois », le site ayant été vendu et les machines ayant disparu. « On ne peut pas redémarrer une usine qui n’existe plus », rappelait le maire de Plaintel Joseph Le Vée.

La production pourrait démarrer d’ici 9 à 18 mois

« Les probabilités de réussite sont fortes en particulier avec le soutien des pouvoirs publics. Il y a de bonnes chances de pouvoir redémarrer une production mais c’est une question de 9 à 18 mois » assure l’ex-directeur du site.

« Cela correspondra aussi à un besoin car quatre usines de production de masques ne suffiront pas à couvrir tous les besoins. Les masques de protection respiratoires font partie de ce qu’on appelle les équipements de protection individuelle. Les besoins se font sentir dans plein d’industries, ce qui fait qu’il y a largement un potentiel de développement » conclut Jean-Jacques Fuan sur BFMTV.

Source: ouest-france

Franbuzz sur Facebook

Répondre