La direction de l’école refuse qu’elle porte cette robe à son bal, car elle en révèlerait un peu trop. Cependant, la vraie raison est inacceptable!

Comme toutes les jeunes filles de son âge, Amy Steverson était très excitée à l’idée de se rendre au bal de fin d’année de son lycée, l’histoire se passe à Maryville, dans le Tennessee. Mais, malheureusement pour elle, cette soirée très spéciale s’est terminée de la plus odieuse des façons.

En effet, pour son bal de fin d’année, Amy avait choisi une jolie robe un peu décolletée sur les épaules. Rien de très choquant ni vulgaire, vous en conviendrez ? Mais une de ses profs lui a dit que la robe était « trop sexy pour son poids ». Et qu’elle ne pouvait pas se rendre au bal comme ça. Elle a également ajouté gentiment à Amy que « nous les rondes, nous devons vous couvrir ». Alors en fait, il n’y a pas un style vestimentaire dédié à chaque morphologie. Il n’y a pas un pourcentage de peau qui doit être couvert plus important chez les filles rondes que chez les filles minces. En fait, la seule chose c’est qu’étant donné qu’il s’agit d’un bal d’établissement scolaire, la tenue doit en effet être correcte. Et on imagine très bien qu’il y avait des filles plus minces qu’Amy qui avaient des robes plus courtes et/ou au moins aussi décolleté.

Crédit: Facebook/Amy Steverson

La direction de son école a refusé qu’elle s’affiche en public avec cette robe. En effet, elle lui aurait plutôt dit de ne pas porté cette robe parce que les « grosses » doivent se couvrir. Il faut admettre que ses paroles étaient très maladroites et surtout, très désolantes.

La direction a forcé Amy a porté le veston du directeur adjoint de l’école durant toute la soirée afin d’éviter qu’elle se « montre » en public.
Voici la robe qu’elle portait lors de cette journée. Est-ce que la direction a eu raison de la punir de cette façon?

Crédit: metro.co.uk

Chaque année, des filles sont interdites de se présenter à leur bal car leur robe en révèle trop. Bien sûr, c’est justifié dans certains cas, quand il s’agit d’une minijupe qui aurait plutôt sa place dans un club de striptease, ou quand une robe dévoile plus de peau qu’elle n’en couvre.

Mais la pire personne dans cette histoire demeure cette enseignante qui lui a dit que « nous, les filles rondes, devons nous couvrir. » Des paroles maladroites destinées à la consoler, mais qui ont eu l’effet inverse, surtout que les enseignants ne devraient pas imposer de telles images à leurs élèves.

Qu’en pensez-vous ?

Source: metro.co.uk

Répondre