La police intervient pour arrêter un barbecue géant, les jeunes les attaquent au mortier d’artifices

Dès la première journée du confinement, des policiers ont dû intervenir pour mettre fin à un barbecue géant et faire respecter les mesures de confinement, ce mardi 17 mars, dans la région de Rouen. Les forces de l’ordre ont été accueillies par des feux d’artifice tirés dans leur direction.

publicités

Paris Normandie rapporte qu’une cinquantaine de jeunes s’étaient rassemblés autour d’un barbecue géant à Elbeuf, en région rouennaise, mardi 17 mars 2020 au soir. Ils n’ont pas apprécié la venue des forces de l’ordre, dans le quartier du Puchot à Elbeuf en région rouennaise. Certains participants les ont attaqués en tirant des mortiers d’artifice dans leur direction.

Selon Le journal d’Elbeuf, une centaine de personnes étaient présentes toute la journée dans ce quartier, puis en soirée, « entre une trentaine et une quarantaine d’individus » ont improvisé un barbecue. Par la suite, certaines de ces personnes ont fait du rodéo et allumé des feux d’artifice, avant de transformer ces derniers en tirs de mortier en direction des véhicules de police. Aucun blessé n’est à déplorer, si ce n’est quelques carrosseries abîmées, rapporte Info Normandie.

publicités

La brigade anticriminalité (BAC), la brigade canine et une compagnie départementale d’intervention ont été mises à contribution pour déloger une cinquantaine de jeunes et les exhorter à rentrer chez eux. La situation a dégénéré lorsque certains individus ont commencé à tirer des feux d’artifices dans la direction des forces de l’ordre. Les policiers ont dû utiliser des grenades lacrymogènes pour disperser les récalcitrants.

Les forces de l’ordre ont répliqué avec des grenades de gaz lacrymogène. Après une heure d’affrontements, les émeutiers se sont dispersés. Il n’y a eu aucune interpellation. «Certains ont confondu confinement avec rodéo. Confinement avec barbecue. Confinement avec tirs de mortiers », confie l’un des fonctionnaires au Journal d’Elbeuf.

Comme il s’agissait de la première journée de confinement, les policiers n’ont pas verbalisé. Ils rappellent cependant que dès maintenant, ils vont « changer de braquet ». Une amende pour non-respect des règles de confinement peut aller jusqu’à 375 € depuis mercredi 18 mars.

Franbuzz sur Facebook

Répondre