La police ouvre le feu sur un patient muni d’un couteau aux urgences

Dans la nuit de jeudi à vendredi à Rennes, un homme hospitalisé en urgence a brandi un couteau, menaçant le personnel. Il n’a été maîtrisé qu’après deux coups de feu tirés par les forces de l’ordre, rapporte Ouest-France.

publicités

La police a dû intervenir dans la nuit de ce jeudi au vendredi 16 octobre aux urgences du CHU de Rennes. Un patient avait sorti un couteau. Les policiers ont tiré deux coups de feu, l’homme a été légèrement blessé. Une enquête a été ouverte pour tentative de meurtre contre les policiers.

Alertés, les policiers ont dû faire usage de leur arme à feu pour maîtriser l’individu, qui a été blessé à une jambe. Son pronostic vital n’est pas engagé, précise une source policière.

publicités

Les faits se sont déroulés vers 00 h 30 ce vendredi matin. Victime d’un accident de la circulation où il était le seul impliqué, un homme de 52 ans est transporté aux urgences de Rennes par les pompiers. A son arrivée à l’hôpital, l’homme se montre très agressif et brandit un couteau, menaçant le personnel médical.

Deux enquêtes ouvertes

Le procureur de la République Philippe Astruc indique que deux enquêtes flagrantes ont été ouvertes.  La première pour tentative d’homicide volontaire sur personnes dépositaires de l’autorité publique. Elle a été confiée à la sureté départementale et devra établir la véracité des faits.

publicités

La deuxième pour violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique qui a été confiée à l’IGPN, l’Inspection générale de la police nationale. Elle devra préciser si les deux policiers ont agi ou pas en état de légitime défense.

Deux coups de feu

Les forces de l’ordre sont intervenues rapidement. Ne parvenant pas à calmer l’individu, ils ont fait usage de leur arme de service pour le neutraliser. Deux balles ont été tirées, l’une d’elles le blessant légèrement à la cuisse. Il a finalement pu être maîtrisé.

Inquiétudes aux urgences

« C’est un nouveau cap qui est franchi », s’inquiète un membre du personnel du service des urgences du CHU de Rennes. « Nous subissons régulièrement des actes de violence, mais là ce sont des coups de feu qui ont dû être tirés » ajoute cet homme.

Franbuzz sur Facebook

Répondre