Le chien du rappeur Leto, qui «hurlait à la mort», enfermé sur un balcon, a été placé dans un refuge

L’artiste est visé par une plainte pour avoir laissé son American Staff de 11 mois sur le balcon d’un mètre carré de l’appartement de son frère. Le rappeur a été convoqué par la justice.

publicités

L’animal était apparu dans le clip «Paris c’est magique» de l’artiste, vu plus de 6 millions de fois sur YouTube. Captain, le chien du rappeur Leto, était enfermé nuit et jour depuis septembre dernier sur un balcon, à Paris, a-t-on appris ce week-end du Parisien.

Le rappeur Leto est visé par une plainte pour abandon volontaire et acte de cruauté envers un animal, rapporte Le Parisien. Affolés par les bruits de l’animal qui « hurlait à la mort« , les voisins ont alerté les autorités qui ont pu libérer le chien baptisé Captain.

publicités

Trouvé par la police et l’association Action protection animale sur un balcon insalubre, où «urines et excréments jonchent le sol», le chien de 11 mois, de race americain staff, a ensuite été placé dans un refuge.

Depuis bientôt six mois, les riverains se plaignaient des pleurs de Captain qui «hurlait à la mort» au regard de son triste sort. Né en mars 2020, Captain avait d’abord fait des apparitions dans des clips de rap avant d’être mis de côté.

publicités

Toujours selon Le Parisien, l’association de défense animale a déposé plainte au commissariat du 15e pour abandon volontaire et acte de cruauté, le rappeur et son frère ont été convoqués par la justice. Leto encourt une peine de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Leto « découvre » l’histoire de Captain

Le rappeur a toutefois réagi samedi sur Twitter et Instagram pour « rétablir la vérité suite aux accusations parues dans Le Parisien ». Leto indique qu’il y a sept mois, il a dû donner son chien « à une nouvelle famille ». « Cette famille n’a jamais fait les démarches pour en déclarer la propriété. Je découvre comme vous les atrocités qu’il subit depuis », se défend-il. Après sa libération, Captain a été placé dans un refuge.

Franbuzz sur Facebook

Répondre