Le médecin voit une «bulle» et exhorte la mère de se faire avorter, mais la réalité est un véritable cauchemar…

En Floride, la famille Gonzalez attend un heureux évènement qui va combler leur vie. Tammy Gonzalez, déjà maman d’un petit garçon, attend un deuxième enfant. Tout va pour le mieux jusqu’au jour où elle doit faire une autre échographie de routine, à 17 semaines de grossesse.

publicités

Enceinte de 17 semaines, Tammy Gonzalez a certainement la grossesse la plus angoissante au monde. Alors qu’elle se rendait chez son gynécologue pour une simple visite, ce dernier a aperçu un détail très étrange sur l’échographie. Une sorte de « bulle » se trouvait près de la bouche du foetus. Nettement visible sur l’échographie, cette « bulle » n’était autre qu’un tumeur de la taille d’une petite pêche. Comme s’il s’amusait avec du chewing-gum ! Au début ça parait peut-être drôle, mais en vérité, c’est un très gros problème…Paniquée, Tammy demande ce qui ne va pas.

L’équipe médicale a voulu être très honnête avec la famille en affirmant que les chances de survie du bébé étaient très minces et que si le bébé naissait, il aurait des chirurgies importantes pour le restant de sa vie.
Refusant catégoriquement l’avortement, Tammy a décidé de consulter les meilleures équipes de médecins et elle a finalement trouvé le Dr Ruben Quintero en mai 2010.
Le Dr Quintero a expliqué à la jeune maman qu’il était possible de faire une chirurgie endoscopique, mais que cette intervention pourrait la tuer ainsi que le bébé.

publicités

Intervention chirurgicale in utero:

Malgré tout, les médecins tentent d’enlever la tumeur in utero par une intervention chirurgicale sous anesthésie locale, comme le rapporte la revue Obstetrics & Gynecology.
Grâce à une aiguille insérée dans la poche de liquide amniotique, les chirurgiens parviennent à séparer la tumeur de la lèvre du fœtus grâce à un laser. En une heure la petite était sauvée. « Quand j’ai vu la bulle flotter [sur l’échographie], ce fut comme si on m’avait enlevé un poids énorme des épaules » a déclaré la maman, très émue, lors d’une conférence de presse deux ans après.

Une première dans le monde de la chirurgie:

D’après les médecins, « c’était la première opération réussie d’un tératome oral in utero ». Un vrai succès puisque Leyna Mykaella Gonzalez est née en octobre 2010 et est aujourd’hui en pleine santé. Une seule séquelle cependant : une petite cicatrice sur la bouche. Un détail comparé à ce véritable miracle !

publicités

Cinq mois plus tard, en octobre 2010, la maman accouche d’une charmante petite fille en parfaite santé:

le-medecin-voit-une-bulle-et-exhorte-la-mere-de-se-faire-avorter-mais-la-realite-est-un-veritable-cauchemar-2Crédit: nationalrighttolifenews.org

Elle l’a appelée Leyna Mykaella Gonzalez (Leyna signifie « petit ange »).
Seule une petite cicatrice sur la bouche lui rappelle, à elle et à sa famille cette intervention chirurgicale assez dangereuse, mais qui lui a sauvé la vie !
Actuellement, la petite fille se porte merveilleusement bien.

« Elle elle parle, elle mange et boit et ça ne l’empêche pas de rire non plus. C’est mon petit prodige et mon petit miracle à moi ! » dit la maman émue d’avoir pu tenir le coup jusqu’au bout.

le-medecin-voit-une-bulle-et-exhorte-la-mere-de-se-faire-avorter-mais-la-realite-est-un-veritable-cauchemar-1Crédit: Jackson Memorial Hospital / University of Miami

Si vous aussi, vous trouvez que cette maman est vraiment courageuse et que sa fille a eu beaucoup de chance, n’hésitez pas à partager cette histoire à tous vos amis !

Franbuzz sur Facebook

Répondre