Le venin d’abeille pourrait être efficace pour traiter certains cancers du sein

Une nouvelle étude parue dans la très sérieuse revue scientifique Nature révèle que le venin d’abeille, et plus particulièrement l’un de ses composants appelé mélittine, a le pouvoir d’induire la mort des cellules cancéreuses du sein les plus agressives, mais aussi de potentialiser les effets de certaines chimiothérapies.

publicités

C’est un espoir pour les femmes atteintes d’un cancer du sein. D’après des chercheurs de l’Institut de recherche médicale Harry Perkins (Australie), le venin des abeilles pourrait détruire les cellules cancéreuses du sein, rapporte Néon. Ils ont publié leur étude dans la revue Nature Precision Oncology. Les scientifiques se sont intéressés à la mélittine, le principal composant du venin, et ses effets sur les cancers agressifs de type triple négatif.

Cette forme agressive de la maladie se caractérise par l’absence de marqueur connu à la surface des cellules cancéreuses, empêchant toute réponse favorable aux thérapies ciblées. Représentant environ 15% des patientes, elle est dans certains cas relativement bien traitée grâce à la chimiothérapie mais quelques malades développent une résistance. Sans compter que le taux de récidive est assez élevé, notamment dans les deux ans qui suivent la fin des traitements.

publicités

Or, l’étude menée à Perth a montré que le venin d’abeille, inoculé à des concentrations spécifiques, peut tuer jusqu’à 100% de ces cellules cancéreuses. Chez les souris cobayes, elles ont été détruites en moins d’une heure et, surtout, en épargnant les cellules saines.

De nombreux tests devraient être menés

Ciara Duffy, directrice des recherches, explique que l’on doit cette prouesse à la mélittine, le composant principal du venin d’abeille. Cet oligopeptide altère la membrane plasmique des cellules cancéreuses qui finissent pas mourir. Mieux encore : il empêche la croissance et la reproduction de ces cellules indésirables, entravant la propagation de la maladie.

publicités

Ces découvertes pourrait faire du venin d’abeille un allié précieux de la chimiothérapie : en perçant de petits trous dans la membrane des cellules cancéreuses, il facilite la pénétration des traitements conventionnels. Pour l’heure, les tests se poursuivent sur des animaux, mais les chercheurs espèrent pouvoir bientôt passer aux essais cliniques, sur des sujets humains.

En attendant, ils sont parvenus à synthétiser la mélittine en laboratoire. Une bonne nouvelle car, si cet oligopeptide est officiellement utilisé dans le traitement des cancers à l’avenir, il ne sera plus nécessaire de le prélever sur des abeilles.

Franbuzz sur Facebook

Répondre