Les chercheurs indiquent que les hommes n’exagèrent pas quand ils sont malades, ils sont vraiment plus malades

C’est un fait bien connu : quand un homme est malade, il semble que la fin du monde soit proche. On a souvent l’impression qu’il y a une grande exagération. Mais des scientifiques ont finalement donné raison aux hommes : apparemment ils n’exagèrent pas, ils souffrent plus que les autres.

Le fait que lorsqu’ils sont malades les hommes se plaignent plus est un phénomène bien connu. Cependant, une étude a prouvé que les hommes n’exagéreraient pas, ils auraient en fait un système immunitaire plus faible.

Kyle Sue, de l’Université Memorial de Terre-Neuve au Canada, a étudié pourquoi les hommes semblaient réagir beaucoup moins bien à certains symptômes de la maladie. Il a analysé les recherches médicales sur des centaines d’années pour savoir s’il existait vraiment une ‘grippe d’hommes’.

publicités
image: Shutterstock

Les recherches ont montré que les hommes ont besoin de deux fois plus de temps pour se remettre d’un rhume. En outre, les hommes adultes risquent deux fois plus de se retrouver à l’hôpital que les femmes du même âge, quelle que soit la maladie.

image: Pixabay

Le chercheur est remonté jusqu’au 17e siècle dans son analyse de la littérature scientifique concernant l’impact du sexe sur le grippe. Il en a étudié l’évolution et a constaté que la maladie serait plus forte chez les hommes. Ils peuvent donc souffrir plus longtemps, de manière plus intense et risquent d’être plus souvent hospitalisés que les femmes.

publicités

« Les hommes n’exagèrent possiblement pas leurs symptômes. Ils peuvent avoir une réponse immunitaire plus faible aux virus respiratoires, provoquant une morbidité et une mortalité plus élevées que chez les femmes ».

Selon lui, les hormones féminines pourraient booster la réponse immunitaire tandis que chez l’homme le taux de testostérone réduirait la réponse du système immunitaire et augmenterait les symptômes de la grippe.

publicités

Il également précisé à The Guardian :

« Nous avons besoin de plus d’études, de meilleure qualité, pour contrôler les autres facteurs, avant de pouvoir affirmer que cette différence d’immunité entre les hommes et les femmes est bien présente […] Les femmes sont-elles plus résilientes ? Sont-elles capables de faire plus de choses lorsqu’elles sont malades ? Ou est-ce que les symptômes ne sont pas aussi graves ? Nous ne sommes pas sûrs de la réponse. Mais je pense que chacun devrait avoir le bénéfice du doute en cas de maladie ».

Donc, apparemment les hommes sont vraiment plus malades, ce n’est pas que du cinéma. Du moins, c’est ce que prétend l’étude du docteur Kyle Sue.

Peu de temps après la publication de cet article écrit dans le British Medical Journal, il a été critiqué a déclaré Volkskrant.

Franbuzz sur Facebook

Répondre