Les médecins doivent lui implanter des cornes sur son front ! Aujourd’hui, il ressemble à ceci et vous n’en croirez pas vos yeux !

Il faut souffrir pour être beau. C’est ce que George Ashman a dû se dire durant plusieurs semaines. Ce Britannique de Radstock, dans le Somerset (ouest de l’Angleterre), est né en 2006 avec une énorme tâche de naissance au milieu du front.
Des médecins ont traité le problème en implantant deux cornes sur son front. George Ashman allait donc vivre dans la peur selon sa mère.

publicités
Crédit: SWNS.COM – Dailymail

Les chirurgiens londoniens ont alors proposé une technique particulière pour l’en débarrasser définitivement. Deux sacs ont été greffés à la racine de ses cheveux, au bord du front, avant d’être remplis au fur et à mesure afin d’étirer la peau sans l’abîmer pour pouvoir l’utiliser ensuite. Une fois la peau suffisamment étendue, l’angiome a été ôté. La peau étirée de part et d’autre de l’angiome a été recousue et aujourd’hui l’enfant ne porte plus qu’une discrète cicatrice.

Crédit: SWNS.COM – Dailymail

«Un petit Frankenstein!»

Sa maman Karen (33 ans) a déclaré qu’elle était restée sans voix quand elle a vu les implants. «Ils étaient plus grands que ce que j’avais pensé et, placés de chaque côté de sa minuscule tête, ces implants ressemblaient à des cornes! Mon petit et son visage d’ange ressemblait alors au diable! On aurait dit un petit Frankenstein!», a-t-elle confié au tabloïd.
Et de préciser: «Je suis très fier de lui. Il a montré un grand courage en portant ces implants durant quatre mois. Il ne s’en est jamais plaint».

publicités

La mère trouvait que son enfant ressemblait a un petit démon en raison des cornes, mais elle savait que cette période plus difficile allait devenir bénéfique en bout de ligne et ce fut le cas.
Quatre mois plus tard, les médecins ont pu retirer les coussinets et procéder à l’intervention.
Aujourd’hui, le jeune homme n’a qu’une petite cicatrice en souvenir de cet épisode assez particulier.
Voyez le résultat final  :

Crédit: SWNS.COM – Dailymail
Crédit:  Mirror

source: Dailymail – Mirror

publicités

Franbuzz sur Facebook

Répondre