Les pédophiles seront maintenant castrés chimiquement en Ukraine

Le gouvernement en Ukraine a adopté de nouvelles lois qui feront en sorte que les individus accusés de crimes pédophiles seront désormais castrés chimiquement.

Selon les informations transmises par les autorités, les pédophiles recevront des injections chimiques qui provoqueront une diminution considérable de leur libido et de leur activité sexuelle.
La nouvelle loi vise les hommes âgés entre 18 et 65 ans qui ont été trouvés coupables de gestes sexuels sur des personnes mineures et on estime que des centaines d’hommes par année pourraient en faire l’objet.

En 2017, les autorités en Ukraine déclaraient avoir reçu 320 signalements concernant des viols commis sur des enfants, mais on estime qu’avec tous les cas qui ne sont pas signalés, ce chiffre déjà impressionnant pourrait dépasser la barre du millier de victimes.

Cette semaine, un chef de police nommé Vyacheslav Abroskin donnait un exemple plutôt troublant de la situation en cours: « 5 enfants ont été violés dans 4 secteurs différents de l’Ukraine, et ce, en 24 heures seulement. Et ce ne sont ici que les crimes qui nous ont été rapportés, car plusieurs parents ont peur de les dénoncer. On ne peut que deviner le véritable nombre de crimes du genre qui ont lieu au pays ».

Comme le système de justice en Ukraine ne peut pas imposer une peine d’emprisonnement à vie ou même la peine de mort pour les criminels pédophiles, les risques de récidives sont très énormes. Ainsi, la castration chimique est apparue pour les élus comme étant la meilleure solution afin de prévenir une multiplication des crimes.

De plus, les élus ont augmenté la peine d’emprisonnement maximale de 12 ans à 15 ans pour les criminels trouvés coupables d’un viol sur un enfant.

Au Kazakhstan, la castration chimique est déjà pratiquée sur les criminels pédophiles.

Enfin, les statistiques ont démontré une diminution des crimes pédophiles depuis l’adoption de cette pratique.

Source: Dailymail Ayoyemonde
Crédit Photo: Courtoisie

Franbuzz sur Facebook

Répondre