Marc Dutroux fait une nouvelle demande de libération: il demande un examen psychiatrique pour évaluer sa dangerosité!

Les avocats de Marc Dutroux veulent un examen psychiatrique dans l’optique d’une libération de leur client, Pour sa prochaine audience devant le Tribunal d’application des peines, fixée au 17 octobre prochain, le TAP se déplacera.

publicités

Cette expertise, qui vise notamment à évaluer la dangerosité du détenu et le risque de récidive, a été réclamée il y a un an par ses avocats. Condamné en 2004 à la prison à perpétuité pour d’assassinats, viols sur mineurs, séquestrations, association de malfaiteurs et de trafic de drogue, entre juin 1995 et août 1996,  Marc Dutroux a fait une nouvelle demande de libération, annonce Le Soir ce samedi.

Condamné en 2004 à la réclusion à perpétuité

Marc Dutroux, est l’un des criminels les plus connus de Belgique, condamné le 22 juin 2004, par la cour d’assises d’Arlon, à la réclusion à perpétuité avec mise à disposition du gouvernement pendant 10 ans après avoir été reconnu coupable, notamment, de l’enlèvement, de la séquestration et du viol de Julie et Mélissa, An Marchal, Eefje Lambrecks, Sabine Dardenne et Laëtitia Delhez ainsi que de l’assassinat des quatre premières et de Bernard Weinstein.

publicités

Les faits s’étaient produits en Wallonie, dans le sud francophone de la Belgique, notamment dans une cache aménagée dans la cave d’une des maisons de Marc Dutroux, à Marcinelle, près de Charleroi. Lors de son procès en 2004 devant la cour d’assises d’Arlon, ce dernier n’avait exprimé aucun regret ni excuse.

Verdict le 17 octobre prochain

Les avocats de Marc Dutroux demanderont au TAP qu’il désigne un collège d’experts dont la mission sera d’évaluer la dangerosité de Marc Dutroux. À l’époque du procès, les experts avaient dressé le portrait d’un « dangereux psychopathe, sans aucun sentiment pour ses victimes ». Les 23 années passées derrière les barreaux ont-elles changé Marc Dutroux ? Me Bruno Dayez est depuis plusieurs mois le nouvel avocat de Marc Dutroux, avait déclaré, en juillet de cette année, qu’il entendait se donner quatre ans pour faire libérer son client. “C’est un défi pour moi. Ce cas est exemplaire à mes yeux. Un État n’a pas le droit de laisser moisir un détenu. Je planche sur un plan de reclassement”, avait-il déclaré à Sudpresse.

publicités

Pour obtenir une libération conditionnelle en Belgique, il faut remplir quatre conditions: ne présenter aucun danger, être assez puni, demander pardon et pouvoir se réinsérer dans la société.  En septembre 2018, Marc Dutroux avait demandé à ce qu’un groupe d’experts examine son risque de récidive.

Le tribunal d’application des peines de Bruxelles devrait rendre son verdict le 17 octobre prochain.

Source d’image de couverture: Marc Dutroux photographié
lors de son procès en 2004. / © STF / POOL / AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre