Philippe Poutou annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2022

Il se lance dans la course à l’Élysée pour la troisième fois. Philippe Poutou a officiellement annoncé sa participation à l’élection présidentielle 2022 dimanche 22 août, lors de la treizième édition de l’université d’été du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

publicités

À l’occasion de la treizième édition de l’université d’été du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) à Port-Leucate, Philippe Poutou, « ouvrier au chômage » et conseiller municipal d’opposition à Bordeaux, devrait annoncer officiellement sa candidature aux élections présidentielles ce dimanche soir.

L’événement, qui se tient au village-vacances Rives des Corbières à Port-Leucate, dans l’Aude, a débuté dimanche et se terminera mercredi 25 août. Le premier jour, l' »ouvrier au chômage » et conseiller municipal d’opposition à Bordeaux, s’est exprimé devant 700 militants du parti, indique France 3 Occitanie.

publicités

Ce sera la 3ème fois que Philippe Poutou se lance dans la course à la Présidentielle et le NPA souhaite bien sûr faire mieux qu’en 2012 (1,15%) et qu’en 2017 (1,09%).

Pas de rapprochement avec LFI

Les principaux thèmes de sa campagne, extrêmement à gauche, sont déjà connus, rappelle la chaîne de télévision locale. Il veut ainsi porter le Smic à 1.800 euros net par mois, contre les 1.554 euros bruts actuels, une augmentation des salaires de 400 euros pour tous, nationaliser ou exproprier les banquesramener les indemnités des élus au salaire médian des Français et rendre les transports gratuits.

publicités

« Ce programme, c’est l’interdiction des licenciements, la question du partage et de la réduction du temps de travail, la retraite à 60 ans. C’est aussi la question d’expropriation et de la socialisation de secteurs entiers de l’économie, comme la santé, la recherche ou les banques, mais également de l’énergie et des transports pour lutter contre la crise climatique », a déclaré le candidat en dévoilant les grands axes de son programme.

Interrogé sur les antivaxs, Philippe Poutou a fait savoir qu’il était « entièrement d’accord avec la colère, qui est réelle, contre la politique de Macron, qui est une politique de surveillance, de contrôle, avec d’énormes dégâts sociaux et démocratiques ». « Par contre, nous sommes en désaccord avec toute la partie revendications antivax. Nous sommes pour un vrai service public de santé et une véritable campagne vaccinale. La santé doit être une question collective, pas individuelle », a-t-il ajouté.

Franbuzz sur Facebook

Répondre