Plus de 200.000 manifestants en France contre le pass sanitaire, des heurts éclatent à Paris

A 18h00, les services du ministère de l’Intérieur ont recensé 204.090 manifestants dont environ 14.250 à Paris, pour 184 actions au total. Samedi dernier, ces manifestations avaient réuni au total 161.000 personnes dont 11.000 à Paris. 72 personnes ont été interpellées.

publicités

En plein cœur de l’été, les opposants au pass sanitaire toujours plus nombreux. Pour le troisième week-end de mobilisation, le ministère de l’Intérieur a recensé un peu plus de 200.000 manifestants dans 184 rassemblements partout en France, dont 14.200 à Paris. Samedi dernier, les manifestations avaient rassemblé 161.000 personnes et 110.000 une semaine plus tôt.

Regroupée autour des hashtags #manif31juillet et #PassDeLaHonte sur les réseaux sociaux, l’opposition aux mesures pour lutter contre le Covid-19 fédère des manifestants anti-pass sanitaire, anti-vaccins ou anti-confinement, aux revendications protéiformes. Dans les cortèges, où figurent également de nombreux « gilets jaunes », les manifestants fustigent un pass sanitaire « liberticide » et affirment marcher « contre la dictature ».

publicités

Quelques tensions ont eu lieu dans certains cortèges. Au total, 72 personnes ont été interpellées après des tensions avec les forces de l’ordre. 25 personnes, dont deux mineurs, ont été placées en garde à vue après les manifestations de Paris, a indiqué ce dimanche le parquet de Paris à franceinfo. Elles sont entendues notamment pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations, outrage, rébellion et détention d’engins explosifs. Trois policiers ont été blessés.

Des journalistes de France Télévision et de l’AFP ont été malmenés à Paris. A Belfort, des manifestants ont jeté des œufs sur la façade de France Bleu Belfort-Montbéliard et ont tenté d’entrer dans les locaux du journal l’Est Républicain.

publicités
La manifestation est partie de la place de Jaude à Clermont-Ferrand. © Radio France – Théophile Vareille

Des manifestations organisées dans 184 villes

A Paris, quatre manifestations étaient prévues et plus de 3.000 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour encadrer les manifestants et sécuriser les lieux sensibles, une semaine après que des manifestants ont été repoussés des Champs-Elysées. Des manifestations étaient également prévues dans plus de 150 villes en France, avec une affluence qui devrait être particulièrement importante à Toulon, Montpellier, Bordeaux, Marseille, Nice, Metz, Nantes et Pau.

Au moins 38.000 personnes ont ainsi manifesté dans le Sud-Est de la France contre l’obligation vaccinale. A Montpellier, la manifestation a réuni 10.000 personnes, selon le dernier bilan de la préfecture, soit près du double de la semaine dernière (5.500). A Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), plus de 2.200 personnes ont manifesté dans le centre-ville samedi matin et 3.000 personnes se sont rassemblées à Avignon, chef-lieu du Vaucluse, en début d’après-midi sans incident.

Le record atteint dans le Var où le rassemblement à Toulon a drainé 13.000 personnes

A Marseille, quelque 4.800 personnes (4.300 le week-end dernier), selon la préfecture de police, se sont réunies au Vieux-Port à 14 heures avant de se diriger vers la préfecture où la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour éviter que les manifestants ne s’approchent trop du bâtiment. La foule était très hétéroclite, avec des trentenaires jusqu’à des retraités, des personnes brandissant le drapeau communiste ou de la France insoumise (LFI), d’autres arborant le drapeau français avec croix de Lorraine et la présence de quelques « gilets jaunes ».

A Nice, la mobilisation – 6.500 personnes selon la police – était également un peu plus fournie que la semaine précédente où 6.000 protestataires avaient défilé. Le record a été atteint dans le Var où le rassemblement à Toulon a drainé 13.000 personnes, selon la préfecture.

Evacuation tendue à Paris

A Paris, la situation s’est tendue quelque peu en fin d’après midi place de la Bastille, après l’arrivée du principal cortège contre le pass sanitaire. Le défilé, parti du métro Villiers (17e arrondissement de Paris) en début d’après-midi, avait déjà été émaillé par quelques tensions le long du parcours, notamment aux abords de République. La préfecture de police a fait état de trois blessés parmi les forces de l’ordre.

A plusieurs reprises, sur la place de la Bastille, les forces de l’ordre ont utilisé gaz lacrymogènes et canons à eau pour tenter de disperser les manifestants en fin d’après midi ou répliquer à des jets de projectiles. Les pompiers sont intervenus pour des feux de poubelles et une femme était prise en charge par des « street médics ».

Quatre Français sur dix déclarent soutenir les manifestations

A Lille, plus de 2.000 personnes, aux profils aussi variés, dont nombre de « gilets jaunes », ont défilé dans le centre. Quatre personnes ont été interpellées selon la préfecture. A Strasbourg, 3.200 personnes, selon la police, défilaient dans le centre-ville, sans débordements et en présence de la député ex-LREM Martine Wonner. Les manifestants étaient plus de 1.200 à Lyon, où huit personnes ont été interpellées selon la préfecture. A Bordeaux, 5.500 personnes se sont mobilisées. A Rennes, la manifestation a attiré 2.900 personnes, avait indiqué en début d’après-midi la préfecture à l’AFP, soit une mobilisation en hausse par rapport au samedi précédent (2.200).

Pour rappel, quatre Français sur dix déclarent soutenir les manifestations contre le pass sanitaire, selon un sondage publié vendredi.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre