Quand l’Unesco décide de ne pas heurter les sensibilités, ils mettent des strings aux statues nues

Lors des journées du Patrimoine, les 21 et 22 septembre dernier, au siège parisien de l’UNESCO (Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture), a exposé sculptures d’hommes nus de l’artiste Stéphane Simon. Mais elles ont été couvertes avec des sous-vêtements… pour ne pas heurter le public. De quoi faire jaser les internautes.

publicités

Ces statues représentent des hommes nus qui se prennent en selfie. Elles composent le projet «In memory of me». Le site Checknews a retracé les événements pour comprendre pourquoi ces statues ont été censurées. Et sur Internet, les internautes reprochaient à Audrey Azoulay, ancienne ministre de la culture et directrice de l’Unesco, d’avoir permis une telle censure. De nombreux internautes se sont également amusés de la présence de sous-vêtements sur des œuvres d’arts.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par A new gestures directory (@imom_inmemoryofme) le

Selon l’Unesco et l’artiste, la présence de ces sous-vêtements découle d’un malentendu. Stéphane Simon confirme à Checknews qu’il a discuté avec l’organisation à propos de la nudité : «La question de la nudité des statues a été abordée. Je comprends qu’elle puisse déranger. Alors j’ai proposé de rester, pendant les journées du patrimoine, à proximité avec un linge et, si besoin, en fonction des visiteurs, de cacher le sexe des statues.» L’artiste proposait donc, en fonction de la volonté du public, de cacher ponctuellement le sexe de ses oeuvres. Il affirme également avoir suggéré de réaliser un «contre-tirage des statues», des versions où leurs sexes ne sont pas apparants.

publicités

Contactée par CheckNews, la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, explique que la décision viendrait des services en charge de l’exposition, expliquant ainsi que l’Unesco ne voit pas d’un mauvais œil la présence de statues nues dans leurs locaux. En tout cas, une chose est sûre, mettre un string à une statue se rapproche plus d’une plaisanterie qu’à de l’art.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par A new gestures directory (@imom_inmemoryofme) le

Plusieurs photos postées sur Insta et localisées à la Maison de l’Unesco montrent effectivement plusieurs statues vêtues de sous-vêtements qui cachent leurs attributs. Et malgré l’explication, les internautes continuent de réagit sur les réseaux :

publicités

Voir cette publication sur Instagram

L’homme moderne blanc

Une publication partagée par Simone de Beauvoir (@vincentsimondeneoboris) le

Franbuzz sur Facebook

Répondre