Seine-Saint-Denis : un jeune de 16 ans tué par balles à Epinay-sur-Seine

Un adolescent de 16 ans a été tué par balles dans la nuit de vendredi à samedi dans le quartier d’Orgemont à Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis.

publicités

Un adolescent de 16 ans a été tué par balles dans la nuit de vendredi à samedi à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de sources concordantes. « Nous n’avons aucune idée du motif », a précisé une source proche du dossier, ajoutant que la victime n’était pas connue de la justice.

Ce que confirme le maire (divers droite) de la commune, Hervé Chevreau : «C’était un adolescent scolarisé dans un lycée de la ville et sans histoire. C’est horrible. ». 

publicités

Vers 3 h 30 samedi, les policiers sont intervenus « pour une personne blessée par balles » rue de Strasbourg, a détaillé une source policière. A leur arrivée, ils ont découvert le jeune homme qui présentait « plusieurs blessures par balles ». Malgré l’intervention des secours, il est décédé sur place.

« J’ai entendu quatre coups de feu », raconte Slimane, 66 ans, habitant de la rue de Strasbourg où l’adolescent a été tué, sur le trottoir, en face d’un terrain de foot synthétique. « Ensuite, j’ai vu des voitures de police partout », ajoute-t-il.

publicités

« Il paraît que c’était un jeune sans histoire, il ne faisait pas de deal, il était tranquille. Les jeunes du quartier disent que le ou les responsables se sont trompés de cible », poursuit Slimane.

Une enquête a été ouverte pour « homicide en bande organisée » et confiée à la brigade criminelle de Paris, a indiqué le parquet de Bobigny. Aucune interpellation n’avait eu lieu pour l’heure, ce samedi à la mi-journée.

Jeudi vers minuit, dans la ville voisine de Saint-Denis, un homme de 18 ans avait déjà été tué par balles. Deux autres jeunes hommes avaient été blessés, sans que l’on connaisse le motif de la fusillade à ce stade. La police judiciaire du département est en charge de l’enquête ouverte pour « homicide volontaire et tentatives d’homicides volontaires ».

 

Franbuzz sur Facebook

Répondre