Terrible ! Une petite fille décède à l’école après la punition de l’institutrice «Adieu petit ange»

Cette histoire effrayante s’est passée Chine, où une fillette de 6 ans a succombé à la punition de son institutrice.

La seule chose dont la petite Guo Jintong était « coupable », c’est qu’elle était trop vive. La petite fille parlait trop et distrayait le reste de la classe avec ses bavardages.

Guo Jintong, une petite Chinoise, était inscrite en maternelle. Hyperactive, elle empêchait les autres élèves de se concentrer par ses bavardages. Comme le rapporte le Daily Mail, l’institutrice a pris une mesure radicale et irresponsable. Elle l’a bâillonnée avec de la colle et du scotch. La petite fille n’a pas supporté ce traitement de choc. Elle mourut avant que les secouristes aient pu intervenir. Le gouvernement a ouvert une enquête.

publicités

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Gossip (@gossip_notizie) le

Guo Jintong : une victime innocente

Encadrer les enfants hyperactifs constitue souvent un casse-tête pour les enseignants. Leur dynamisme est contagieux et se transmet à l’ensemble de la classe. Néanmoins, garder un niveau de concentration suffisante devient difficile. Guo Jintong mettait de l’ambiance, mais l’institutrice souhaitait travailler dans le calme. N’ayant pas réussi à encourager la petite fille à ne pas bavarder, elle décida de la punir.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Gossip (@gossip_notizie) le

Comparé à une fessée ou une mise au coin, le bâillonnement semble moins douloureux. D’ailleurs, Guo Jintong continuait à jouer avec ses amis. Pourtant, son état s’est détérioré et la conséquence fut dramatique. Elle a rendu l’âme avant l’intervention des secours. Une enquête est en cours, mais les résultats n’aideront pas toujours les parents à surmonter cette terrible épreuve.

publicités

Maltraitance à l’école : comment réagir ?

En France, les punitions corporelles sont interdites. Les écoles prennent des « mesures éducatives », elles sont destinées à responsabiliser les élèves au lieu de les punir. Néanmoins, les cas de maltraitance existent. Un changement de comportement radical constitue une indication. Par exemple, un enfant ne dit plus un mot alors qu’habituellement, il est plutôt bavard.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par JITUNEWS.COM (@jitunews) le

Au lieu de l’enquêter et lui poser de nombreuses questions, il est mieux de lui faire comprendre que ses parents sont prêts à l’écouter et feront de leur mieux pour l’aider, quelle que soit la situation.  Instaurer un climat de confiance au sein de la maison est alors indispensable.

publicités

Les adultes doivent guider les enfants au lieu de les punir. Trouver les mots justes est souvent difficile, des efforts réguliers sont nécessaires. N’hésitez pas à partager cette histoire pour sensibiliser vos proches.

Franbuzz sur Facebook

Répondre