Tikiiri, l’éléphante squelettique qui avait ému le monde entier est morte

En août 2019, la photo de Tikiiri, une éléphante malade âgée de 70 ans, avaient fait le tour du monde. L’animal, était utilisé par des bouddhistes lors d’un festival religieux au Sri Lanka. Malgré sa mauvaise santé, l’éléphant est habillés dans de fastueux costumes et serve de moyens de locomotion aux moines qui défilent dans les rues de Kandy. Malheureusement, nous venons d’apprendre que cette éléphante est morte.

publicités

Une fois de retour dans leur enclos, des images d’une éléphante en particulier avaient provoqué la polémique. L’animal était tellement maigre que l’on voyait tout son squelette. Le 24 septembre 2019, la Fondation Save Elephant a annoncé sur Facebook le décès de Tikiiri.  « Il y a à la fois chagrin et soulagement ici« , écrit l’auteur de la publication avant d’ajouter « penser à elle me fait tellement souffrir« .

publicités

La fondation n’a semble-t-il pas eu le temps d’intervenir avant le décès de l’éléphante. « Ce que nous avons souhaité pour Tikiri, même seulement quelques jours de liberté avec amour et sollicitude, nous le revendiquons pour les autres« , poursuit la fondation qui réclame la fin de l’utilisation de ces animaux dans toutes les cérémonies.

Ces animaux sont menacés d’extinction selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, et leur population diminue encore victime notamment de la dégradation de son habitat. Ils sont régulièrement utilisés en Asie pour transporter des touristes et selon l’ONG World Animal Protection, ce marché progresse.

publicités

Les détails concernant la disparition de Tikiri ne sont pas clairs. L’association Save Elephant Foundation avait semble-t-il réussi à prendre en charge l’éléphante et lui avait offert un espace dans un sanctuaire. Malgré tout, cela n’aura pas suffi pour sauver l’animal, comme l’a annoncé hier Lek Chailert. « C’est à la fois triste et un soulagement. Penser à elle fait tellement de peine à mon cœur. Ce que l’on souhaitait pour Tikiri, c’était quelques jours de liberté avec de l’amour et des soins. Nous l’exigeons pour les autres. Le jour où j’ai rencontré Tikiri, ses yeux ont croisé les miens, m’expliquant tout ce que j’avais besoin de savoir. Ses peurs, sa colère, sa tristesse font maintenant partie des souvenirs de sa bonté. La souffrance de Tikiri a pris fin, son âme est libre à présent. Plus aucun mal ne pourra lui être fait. » Le fondateur de l’association de défense des éléphants conclut son message en espérant que l’éléphante n’ait plus jamais à « se retourner sur ce monde tellement cruel envers elle et ses amis ».

«Monter sur un éléphant est l’une des activités touristiques les plus populaires en Asie. Notre rapport accablant, publié le 7 juillet 2017, révèle que plus des trois quarts des quelque 3.000 éléphants utilisés pour le divertissement touristique en Asie sont maintenus dans des conditions extrêmement cruelles», rapportait-elle après avoir mené une enquête en Thaïlande, au Sri Lanka, au Népal, en Inde, au Laos et au Cambodge. «Nous avons constaté que 77% d’entre eux sont maintenus dans des conditions effroyables». Quand ils ne sont pas utilisés lors de randonnées ou de spectacle, ces animaux sont généralement retenus avec des chaînes de moins de trois mètres. Ils sont mal nourris et ne reçoivent quasiment jamais de soins vétérinaires. «Il existe un besoin urgent d’éducation des touristes et de réglementation des attractions touristiques de la faune dans le monde entier», s’inquiète le Dr Jan Schmidt-Burbach, travaillant pour l’ONG.

Franbuzz sur Facebook

Répondre