Toulouse – Visés par des explosifs, les pompiers tombent dans un véritable guet-apens lors d’une intervention

Sollicités pour un « simple feu de poubelle », des sapeurs-pompiers toulousains ont été victimes d’une agression, essuyant des jets de projectiles explosifs.

Peu avant 18 heures,  Vendredi 10 mai 2019 , les pompiers de Haute-Garonne sont tombés dans un guet-apens pendant une intervention dans le quartier de la Reynerie, à Toulouse. Appelés pour un feu de poubelle rue Louise Michel, ils découvrent une bouteille de gaz attachée à un deux roues et recouverte d’une poubelle en flammes.

Mais ça ne s’arrête pas là. Car pendant l’intervention, un engin du centre de secours Toulouse-Vion « a fait l’objet de jets de projectiles explosifs », a indiqué samedi le Service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Garonne. Des cocktails molotov qui visaient les soldats du feu, tombés dans un véritable guet-apens, précise une source proche du dossier.

image: Twitter-Sapeurs-pompiers 31

Les pompiers très choqués

La police nationale est rapidement intervenue pour leur venir en aide, et il n’y a eu ni victime ni blessé. Mais les pompiers concernés ont été très choqués, et cela a suscité un vif émoi dans les casernes. Dénonçant « des actes intolérables », le SDIS a souhaité « une réponse ferme et exemplaire ».

« Il n’y a pas eu de blessés mais nos hommes ont été extrêmement choqués par cette montée de violence et par l’effet de souffle», a expliqué le lieutenant-colonel Christophe Ghiani, chef de centre de la caserne de l’équipage concerné.

« Cet incident n’a rien d’anodin et on considère qu’il s’agit clairement d’un attentat», confirme Damien Galtier – vice-président du syndicat des pompiers autonomes de Toulouse – dans les colonnes de La Dépêche.

« C’est une violence qui est intolérable, on met des moyens de secours, nos pompiers, hommes et femmes, distribuent les secours envers la population de la Haute-Garonne quel que soit l’endroit, quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit », renchérit le lieutenant-colonel.

« La répétition de la violence au quotidien fait que l’on est plus à l’écoute de ce qui se passe et on a un comportement plus vigilant. Nos agents qui sont soumis à ces forces de manière répétitive ont un peu plus de crainte dans certains endroits et à certains moments de la journée », ajoute-t-il.


Source de vidéo: Youtube-France 3 Occitanie

« Le reflet de la violence de la société »

Et le lieutenant-colonel Ghiani de pointer du doigt l’augmentation de la violence à l’égard des sapeurs-pompiers sur l’ensemble du territoire national : « De manière générale, que ce soit la violence verbale ou physique, elle est sans aucun doute en augmentation. » Un phénomène qui serait selon lui « le reflet de la violence de la société ».

« Un pompier, ce n’est pas dans son ADN de se protéger de la violence. Il est là pour porter assistance, pour secourir, et même si on le forme, c’est contre ses principes d’avoir à surveiller, à être vigilant, à se protéger contre une violence que l’on peut lui porter », conclut M. Ghiani.

Répondre