«’Trop moche pour prendre des selfies’»: Cette journaliste se fait insulter gratuitement sur la Toile à cause de ses photos

Vivement critiquée sur son physique différent à cause du syndrome de Freeman Sheldon, Melissa Blake, 38 ans, s’est récemment faites insultée sur son physique par de nombreux internautes en raison de ses préférences politiques. La jeune journaliste a reçu de nombreux messages de haine après avoir posté des selfies sur son compte Twitter.

publicités

Atteinte du syndrome héréditaire de Freeman-Sheldon, Melissa Blake est une journaliste américaine. A cause de cette maladie, la jeune femme souffre de quelques anomalies physiques, vivement critiquées sur la toile. Entraînant un trouble du développement des os et des muscles, Melissa Blake est en fauteuil roulant et accumule près de 26 cicatrices sur son corps après de multiples interventions chirurgicales.

Melissa Blakeimage: Twitter-

Melissa Blake est connue outre-Atlantique comme journaliste collaborant avec des journaux connus aux Etats-Unis comme le New-York Times, l’américaine  tient également un blog : So about what I said. Elle y publie des conseils et des avis pour mieux vivre avec le syndrome de Freeman Sheldon. Grâce à son talent pour l’écriture et sa sympathie, elle est devenue très influente sur les réseaux sociaux. En effet, plus de 40 000 personnes la suivent sur Twitter et adorent ses tweets concernant surtout la vie politique de son pays.

publicités

Melissa Blake n’hésite pas à donner son avis sur le gouvernement Trump et certains internautes n’ont pas apprécie et s’en sont pris violemment à son physique, la jugeant ‘trop laide pour faire des selfies et donner son avis sur internet’.

Elle a donc décidé de répondre en 3 selfies : ‘Durant le dernier round des trolls, des gens ont dit que mes selfies devraient être bannis d’internet parce que je suis trop moche. Je voulais juste leur rendre hommage avec ces trois selfies’ peut-on lire sur sa dernière publication.

publicités

Une bien belle réponse face au cyber harcèlement qui ne cesse de progresser sur les réseaux sociaux.  Après quoi elle a reçu de nombreux messages de soutien et d’encouragement :

Cet épisode de haine est encore une fois la preuve que le cyber harcèlement est un véritable fléau sévissant sur les réseaux sociaux. Malgré plusieurs actions et appels à l’acceptation de soi et d’autrui, il semblerait que le chemin à faire pour un internet sain et paisible, soit encore long.

Franbuzz sur Facebook

Répondre