Un bébé de 2 ans meurt après que son père ait volé et dépensé les fonds récoltés pour son traitement dans l’alcool, la drogue et les prostituées!

Un papa a volé plus de 130.000 € de la cagnotte destinée au traitement de son fils souffrait d’atrophie musculaire, et malheureusementle petit Joao Miguel Alves a perdu son combat contre la maladie le 17 octobre dernier. En effet, Mateus Henrique Leroy Alves, le père du petit garçon, de 2 ans, est désormais accusé d’avoir dépensé l’argent de son fils pour s’acheter des vêtements de designer, montres, drogue, prostituées et alcool… Tout sauf des médicaments !

publicités

Le petit João souffrait d’une maladie rare, à savoir une atrophie musculaire spinale. Le gouvernement brésilien avait accepté de financer les premières doses du traitement et la famille avait récolté plus de 200 000 euros notamment en organisant un grand marathon caritatif, comme l’explique le DailyMail.

Au chômage, le père âgé de 37 ans volait et dépensait sans scrupule l’argent destiné pour son enfant dans de l’alcool, de la drogue et des prostituées. Il a d’ailleurs dépensé pas moins de 130.000 €. Après cet acte odieux, Mateus se cachait dans un hôtel 5 étoiles au Brésil, où il a été arrêté par la police. Selon les forces de l’ordre, le père avait en sa possession des objets et vêtements de luxe, mais également de l’argent en cash ainsi que de la drogue.

publicités

Le médicament dont avait besoin le petit Joao coûtait près de 80 000 euros, rien que pour une dose. Mais le père n’a pas hésité à s’enfuir en piochant dans l’un des quatre comptes prévus pour soigner son fils.  En effet, il avait décidé d’abandonner sa femme et son enfant.

Son épouse a fini par se douter de quelque chose en voyant des retraits importants sur les comptes, et a donc décidé de signaler la chose à la police. « En tant que mère, ma conduite a toujours été guidée par la bonne foi et dans le seul but d’essayer de sauver la vie de mon fils » a-t-elle déclaré sur les réseaux sociaux.

publicités

Désormais, Mateus Henrique a été arrêté par la police, à qui il a expliqué qu’il était victime d’extorsion, des narcotrafiquants le faisaient chanter. Une enquête est en cours.

Franbuzz sur Facebook

Répondre