Un bistrotier s’oppose au pass sanitaire et préfère payer 45 000 € d’amende : « Les gens doivent avoir le choix ! »

Un bistrotier de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), opposé à l’instauration du pass sanitaire dans les bars, a affirmé avoir mis 45.000 euros de côté pour régler une éventuelle amende. Dans ce vieux café situé à Saint-Malo, la présentation du pass sanitaire ne sera pas demandée, assure son gérant.

publicités

Jean-Jacques Samoy et son bistrot La Java sont bien connus des habitants de Saint-Malo. Le bistrotier s’insurge contre l’instauration du pass sanitaire obligatoire dans les restaurants et bars. Il n’exigera pas sa présentation et se dit même prêt à payer le prix fort pour sa décision.

Il préfère prévenir d’emblée : « Je ne suis ni pour ni contre la vaccination. J’ai même reçu mes deux doses pour pouvoir continuer de voir ma petite fille en Italie ». Mais les annonces concernant l’obligation d’avoir un pass sanitaire pour aller au café ou au restaurant ont « scandalisé » Jean-Jacques Samoy, patron du Café du coin d’en bas de la rue du bout de la ville d’en face du port, dit La Java, Intramuros à Saint-Malo.

publicités
image: Facebook-Le Café du coin

«Je suis bistrotier, pas contrôleur»

Bien qu’il se défende d’être pas anti-vaccin, Jean-Jacques Samoy a pris sa décision : dans son bistrot, le pass sanitaire ne sera pas demandé aux clients. Déterminé, le cafetier de Saint-Malo connaît les sanctions – 45.000 euros d’amende et un an d’emprisonnement – et s’y prépare.

En outre, le bistrotier peine à saisir la logique de ces mesures. «Je suis un café, pourquoi moi j’appliquerais des trucs que le métro les bus, les RER n’appliquent pas?» s’interroge Jean-Jacques Samoy. Le gérant craint également pour ses salariés – «certains refusent de se faire vacciner» – qui risquent d’être licencié «alors que la profession cherche actuellement 150.000 personnes» pointe le cafetier.

publicités

Trop d’incohérences pour le patron du bar qui ne peut de toute façon pas se résigner à contrôler les clients. « Il faudrait que je fasse la police mais ce n’est pas mon métier, je ne suis pas assermenté pour vérifier les papiers des gens, je ne suis pas juge», martèle-t-il.

Au Java, « entrée libre pour tous, vaccinés ou pas »

Le restaurateur l’assure sur sa page Facebook, il ne demandera pas à ses clients leur pass sanitaire prouvant leur vaccination ou un test PCR négatif. « Je ne suis pas agent de police », souligne-t-il. Jean-Jacques Samoy accueillera donc tous les consommateurs, « vaccinés ou pas ». Une position que le bistrotier détaille sur les réseaux sociaux, mais aussi à l’antenne de RMC ce 14 juillet.

Sur Facebook, Jean-Jacques Samoy prévient ses abonnés : la page du bistrot La Java risque d’être supprimée en raison de « cette connerie de pass sanitaire ». « On se retrouve sur Twitter ou Instagram », lance-t-il. Dans les commentaires, les internautes s’indignent également. « Quelle époque », « bon courage » ou encore « où est la liberté d’expression ? », peut-on lire.

Il dit avoir placé 45 000 € pour payer l’amende

Jean-Jacques Samoy sait à quoi il s’expose. Preuve de sa détermination, il assure avoir mis 45 000 € sur un compte bloqué pour payer une éventuelle amende et a préparé une valise pour « partir en prison » car en cas de non-contrôle, les établissements pourront encourir une peine allant jusqu’à 45 000 € et un an d’emprisonnement.

Jusqu’au-boutiste, comme il l’avait prouvé lors de sa précédente croisade contre Trip Advisor, Jean-Jacques Samoy se dit prêt à mettre la clef sous la porte s’il le fallait.

Franbuzz sur Facebook

Répondre