Un employé de McDonald’s atteint de trisomie 21 prend sa retraite après avoir servi des sourires pendant plus de 30 ans!

De nos jours, il n’est pas facile de trouver un emploi, et il est de plus en plus difficile d’y rester sur des années. Que dire alors de ceux qui partent à la retraite après avoir passé toute leur vie professionnelle dans la même entreprise ? Nous dirions qu’il s’agit d’une personne très chanceuse.

Et, sans aucun doute, Russell O’Grady l’a été : né atteint de trisomie 21, à cinquante ans, il a réussi à prendre sa retraite après avoir passé plus de trente ans à travailler pour McDonald’s. Mais c’est peut-être l’entreprise qui a tiré le plus grand profit de cette collaboration, car elle a pu compter sur un employé dévoué à ses fonctions, mais toujours souriant pour tous.

Russell O’Grady est l’un de ces 6 000 enfants nés chaque année aux États-Unis atteints de trisomie 21 ; une anomalie chromosomique congénitale qui a déterminé certaines de ses caractéristiques physiques, et peut-être aussi sa force de volonté – une histoire que Russell a construite avec sueur et détermination, atteignant un but heureux.

C’est en 1984 qu’un jeune Russell de 18 ans est entré pour la première fois dans un restaurant McDonald’s de Northmead, dans l’ouest de Sydney, pour commencer une sorte de stage organisé par Jobsupport : c’était une initiative du gouvernement australien pour aider les personnes ayant une déficience intellectuelle à trouver un emploi salarié. À l’époque, il était particulièrement difficile pour les personnes en situations d’handicap d’avoir de telles possibilités.

Une expérience que Russell a vécue en donnant le meilleur de lui-même, en termes d’engagement, mais aussi d’esprit : c’est ainsi qu’à la fin du stage, l’entreprise décide de l’engager à plein temps. Russell a donc commencé son expérience professionnelle, longue de 32 ans, au cours de laquelle il s’est occupé de tout, du nettoyage au service à la clientèle, de l’emballage des boîtes pour les fête à la cuisine, en devanant un employé modèle – et pas seulement.

Son superviseur Courtney Purcell a affirmé que Russell était devenu une sorte d’icône pour les clients qui venaient même de loin pour le connaître et l’apprécier. « Nous avons des clients réguliers qui viennent voir Russell jeudi et vendredi, et le personnel s’occupe de lui, alors il va nous manquer « , a ajouté Purcell. En fait, Russell a toujours été un employé responsable, précieux et très gentil avec tout le monde.

Une estime – exprimée par les clients et tous ses collègues – qui a fait la fierté de la famille de Russell, comme l’a également souligné son père Geoff : « Russell est très affectueux, aimé et apprécié au point de ne pas y croire« . Le frère Lindsey a aussi déclaré que Russell  » aime beaucoup son travail, il est parfois effronté, c’est mon grand frère – et il me contrôle ».

Le fait d’avoir une profession stable et de se sentir apprécié pour son travail a eu un impact très fort et positif sur la vie de Russell, l’incitant à adopter une perspective différente et meilleure, comme le dit son père : « Quelqu’un lui a demandé s’il était handicapé et il a répondu : je l’étais à l’école, mais maintenant je travaille chez McDonald’s ».

Malgré son appréciation et sa satisfaction au travail, après 32 ans, Russell a senti qu’il était temps de prendre sa retraite ; il a dit qu’il était un passionné de bowling, et qu’il passera probablement beaucoup de temps à la retraite au Northmead Bowling Club – où nous sommes sûrs qu’il va bientôt gagner l’estime de nouveaux admirateurs 😉

Source: regardecettevideo

Répondre