Un homme chute et sa tête reste coincée 5 jours dans son escabeau

Un sexagénaire s’est retrouvé dans une mauvaise posture en effectuant du bricolage. En chutant de son escabeau, l’homme s’est coincé la tête dans les barreaux. Son calvaire a duré cinq jours.

Un homme, âgé d’une soixantaine d’années, bricolait dans sa salle de bains à Mattaincourt, dans les Vosges.
Soudain, alors qu’il était perché sur son escabeau, il a perdu l’équilibre. Dans sa chute, sa tête est venue se figer entre deux barreaux de l’escabeau. Le retraité a alors tenté à plusieurs reprises de s’extirper des barreaux.

publicités

Malheureusement, ce dernier perd l’équilibre et chute. Mais, par on ne sait quelle contorsion, il va figer sa tête entre deux barreaux de l’escabeau. Le contexte est très embêtant mais la situation va s’aggraver immédiatement car l’homme n’arrive pas à s’extirper des barreaux. Sa tête va même enfler, le laissant dans une véritable impasse.

Mais, malgré ses multiples efforts, sa tête est restée coincée et il ne pouvait sortir de la pièce à cause de l’escabeau. Sans téléphone, il a alors crié de toutes ses forces. En vain. Comme sa maison est isolée, personne ne l’a entendu.

publicités

D’après  vosgesmatin  , le sexagénaire n’a pas réussi à prévenir qui que ce soit et personne ne l’a entendu crier à l’aide… Mais le pire est qu’il va rester coincé dans cette position pendant un très long moment… En effet, l’homme doit son salut à sa sœur qui lui a rendu visite ce vendredi. Soit cinq jours après sa chute de l’escabeau.

Sa sœur est venue lui rendre visite vendredi, soit 5 jours plus tard, et l’a découvert dans cette fâcheuse posture. La tête du sexagénaire avait beaucoup enflé. Les secours, dépêchés sur place, sont parvenus à libérer la victime encore consciente avant de la transporter à l’hôpital.

publicités

Ce dernier a été sorti de ce mauvais guêpier avant d’être transporté au centre hospitalier d’Épinal pour des examens complémentaires. Des examens logiques puisque sa tête a subi une mauvaise irrigation sanguine pendant ces cinq jours de calvaire…

Franbuzz sur Facebook

Répondre